Bel Ébat

Voir aussi histoire : page 2

Le nom de ce domaine apparaît en 1550 sous la forme Belebat, désignant sans doute un lieu destiné aux exercices sportifs. C’était un fief relevant de Faye-la-Vineuse, à foi et hommage plein, et de la châtellenie de Champigny, à foi et hommage simple et éperon doré.

Bel Ébat

Il appartint en 1550 à Jean Scolin, également propriétaire du château d’Artigny (commune de Ceaux-en-Loudun), en 1553,  à Charles Scolin, vers 1650 à Henri de Bremond, écuyer, vers 1660, à Charles de Bremond, écuyer,  en 1737 à  André Torterue, président en l’élection de Richelieu, en 1764 à Joseph Poirier de la Ripaudière (mort en 1776), seigneur de Razines, qui avait épousé en 1745 Catherine Marguerite Torterue (sur ces familles, voir Sazilly).

Château de Bel-Ébat (août 2016)
Château de Bel-Ébat (août 2016)

Le château actuel, du 19ème siècle, est de style néo-renaissance, mais des pierres de réemploi sont datées de 1600 et 1601.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis