Le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 1020 sous la forme Asciacus, venant, selon le livre de Jean Maan (ecclésiastique du 17ème siècle), intitulé Sancta et metropolitana ecclesia Turonensis (La sainte église métropolitaine de Tours), de Aviaticus ou « domaine d’Avitius » (voir ci-après). 

Château d'Azay-le-Rideau (août 2013)
Château d’Azay-le-Rideau (août 2013)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

De l’âge du bronze :

Une cachette ou un dépôt de cette époque a été découvert en 1884 à la Grande Borne (à 2 km du bourg, sur la rive droite de l’Indre, près de Perré, à 450 m. à l’ouest des Frogerais) ; ce dépôt a été étudié par Gérard Cordier, qui a décrit les très nombreux objets trouvés dans un article publié dans Gallia préhistoire, 1959. Il y avait là des haches de provenance britannique et un moule pour couler des haches, des morceaux de lances, d’épées, de poignards, de couteaux, de tranchets, de bracelets, etc. etc.  Certains de ces objets peuvent être vus au musée le Carroi à Chinon ou au musée du Grand Pressigny.

Dépôt de la Grande Borne (Musée du Grand-Pressigny)
Dépôt de la Grande Borne (Musée du Grand-Pressigny)

Une autre hache d’apparat, importée d’Allemagne, a été trouvée au lieu-dit les Grandes Vignes, près de Marnay (voir ci-après) ; elle aussi se trouve au Carroi et a été décrite par Gérard Cordier, dans Gallia préhistoire, 1961.

Hache d'apparat (dessin J.C. Richard)
Hache d’apparat (dessin J.C. Richard)

De l’époque gallo-romaine :

Selon les Mémoires de la Société Archéologique de Touraine (MSAT V), les vestiges d’une maison de maître (villa) ont été découverts en 1837 près du château ; peut-être s’agit-il de la maison du domaine Aviaticus.

Un lieu-dit appelé Mazère se trouve à 2,5 km à l’ouest du bourg, sur la rive droite de l’Indre ; ce genre de toponyme, venant du latin maceria (murailles) désigne souvent des murs en ruine datant de l’époque gallo-romaines.

Ancienne voie près de Mazère (juillet 2018)
Ancienne voie près de Mazère (jfévrier 2019)

D’autres domaines existaient à Luré, venant de Luriacus ou « domaine de Lurius », à 3km à l’est du bourg, sur la rive droite de l’Indre, ainsi qu’à Marnay (Madriacus Villa, au 11ème siècle), venant de Madriniacus ou « domaine de Madrianus », à 2,5 km à l’est de Luré.

Ancienne voie près de Luré (février 2019).
Ancienne voie près de Luré (février 2019).

Enfin, selon le Patrimoine des communes d’Indre-et-Loire (Flohic 2001), une tête féminine colossale, dite « tête de Constantin » mais qui serait en fait une tête de Minerve, a été découverte dans les années 1860 près des Ribotières, au nord du château de l’Islette et serait actuellement dans les collections de la Société Archéologique de Touraine (SAT).

Ancienne voie près du château de l'Islette (février 2019).
Ancienne voie près du château de l’Islette (février 2019).

Une voie gallo-romaine, reprise peut-être par la D 84,suivait la rive droite de l’Indre et empruntait, pour se diriger vers la commune actuelle d’Azay-le-Rideau, l’étroit passage entre la rivière  et le coteau crayeux percé de grottes, en passant près de Mazère et Perré puis non loin du dépôt de la Grande Borne.

GC et TB

Après l’agglomération, la voie est reprise par la D 57 et passe près de l’actuel château de l’Islette puis à Luré ; elle est ensuite continuée, jusqu’à Marnay, par la D 120.

Marnay (février 2019)
Marnay (février 2019)

Après Marnay, il n’était plus possible de suivre la rive droite et la voie rejoignait probablement celle qui longeait la rive gauche du vieux Cher.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis