Le nom de cette commune, qui s’étend sur les deux rives de l’Indre, apparaît pour la première fois en 1096, dans les chartes 241 et 242 du cartulaire de Noyers sous la forme Villa Aziacus, venant de Aviaticus ou « domaine d’Avitius ».

Vue générale (mapio.net)
Vue générale (mapio.net)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Du paléolithique :

Selon un article de Gérard Cordier, publié dans la Revue Archéologique du Centre de la France, 45-46, 2006-2007 : « le musée des Amis du Vieux Chinon (aujourd’hui le Carroi) conserve une pièce étiquetée “ Outil paléolithique trouvé dans les sables de la vallée de l’Indre à Azay-sur-Indre ”. Il s’agit d’un racloir convergent à talon facetté de 85 mm de longueur et 49 mm de largeur en silex turonien de ton “ cire ”, très roulé, portant quelques écailles de calcin ».

Biface et racloir (musée le Carroi)
Biface et racloir (musée le Carroi)

Dans le même article, Gérard Cordier décrit les objets découverts dans une sablière, située à la Grande Planche, entre le bourg et Morillon, à l’est, sur la rive gauche de l’Indrois, dont un biface de cette époque.

Du néolithique :

Au même endroit, il a aussi été découvert : « un vase entier, en deux fragments, seulement un peu ébréché à l’ouverture. La forme est à fond plat, panse galbée, lèvre très légèrement éversée. La surface est craquelée, brun clair avec passées grisâtres, la pâte intérieure noirâtre, à dégraissant rare. Diamètre à l’ouverture : 97 mm ; diamètre maximum à la panse : 116 mm ; diamètre du fond : 79 mm ; hauteur : 118 mm ; épaisseur à la panse : 5 à 6,5 mm ; épaisseur au fond : 8 mm ».

Vase néolithique (la sablère)
Vase néolithique (la sablière)

Un lieu-dit baptisé la Pierre Sent-les-Œufs, dans la vallée de l’Indre et non loin du bourg, pourrait garder la mémoire d’un mégalithe disparu, ayant été utilisé comme pierre à offrandes sur laquelle on déposait des œufs.

De l’âge du bronze : également découverts sur le site de la Grande Planche : « trois haches à rebords élevés et tranchant étalé avec pincements aux “ cornes ”. Les pièces sont parfaitement finies sans traces de bavures visibles, à tranchant vif sur les nos 1 et 3, légèrement émoussé sur le n2. Deux sont ornées de cannelures peu accusées sur les flancs. Toutes présentent une patine vert sombre et sont en parfait état ».

Enceinte (photo J. Dubois)
Enceinte gauloise (photo J. Dubois)

De l’époque gauloise : les photographies aériennes de Jacques Dubois ont montré qu’il y avait près du moulin de la Follaine « une enceinte quadrangulaire liée à des activités agricoles » de l’époque gauloise (voir Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 44, 1996).

De l’époque gallo-romaine : 

Des domaines agricoles existaient à Vrilly (à l’ouest du bourg), venant d’Apriliacus ou « domaine d’Aprilius (né en avril) » et à Haut-Villepays (au nord du bourg, à la limite entre Azay et Reignac, où se trouve Bas-Villepays), venant de Villa pagani ou « domaine du paysan » ; près de ce dernier domaine, on a découvert en 1864 un vase en céramique contenant 8 pièces d’or du 4ème siècle après JC.

Gué du moulin de la Follaine (dessin Alain Chaynès)
Gué du moulin de la Follaine (dessin Alain Chaynès)

Deux voies gallo-romaines longeaient les deux rives de l’Indre ; celle de la rive droite franchissait l’Indrois au Moulin de la Follaine au moyen d’un gué sur laquelle il y avait une planche établie sur des pieux, pour les piétons uniquement. Des traces de cet aménagement étaient encore visibles dans les années 1990 mais elles ont disparu depuis (voir Alain Chaynès in Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 43, 1992).

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis