LE BOURG

L’église Saint-Laurent  date des 11ème et 12ème siècles ; elle est connue pour la girouette qui est au sommet du clocher et qui représente, dit-on, le croissant des maures de l’expédition du 8ème siècle ! Mais il est beaucoup plus probable qu’il s’agisse du croissant de lune.

Église de Bossée (déc. 2013)

À l’intérieur se trouvent des vitraux de Julien et Lux Fournier, un maître-autel néo-gothique en forme de sarcophage romain, taillé par l’abbé Henri Prosper Guillot, curé de Bossée en 1838, connu pour ses talents de sculpteur et d’ébéniste ainsi qu’un beau lutrin en fer forgé mais l’accès de l’église est impossible actuellement pour des raisons de sécurité.

Lutrin de l'église (photo PCIL)

Selon un proverbe régional, on disait d’un faible d’esprit : « Il n’a pas couché dans l’église de Bossée. »

Autel de l’église (photo PCIL)

La grange dîmière (16ème siècle) est située dans la rue principale, à côté de l’église mais c’est une propriété privée, qui ne peut être visitée. Elle était destinée, comme son nom l’indique, à recueillir les dîmes versées à l’église.

Église et grange dîmière (janvier 2014)

La maison du Poilu, en face de la grange, doit son nom à un grand médaillon en pierre représentant le buste d’un poilu de la première guerre mondiale ; sur le linteau de la porte, sont sculptés d’une façon naïve des constructions, des arbres et des personnages.

Maison du poilu (déc. 2013)

L’abreuvoir et le lavoir, situés derrière l’église sur un petit étang, sont au bord d’une rue dont le sol est resté en terre.

Abreuvoir (déc. 2013)

Le cimetière (à droite, au bord de la route allant à Ligueil) et à l’intérieur la chapelle commémorative Notre-Dame-et-Sainte-Victoire (1866), qui doit son nom à la petite Victoire Raguin, décédée en 1839, à l’âge de 7 ans.

Chapelle Notre-Dame et Sainte-Victoire (déc. 2013)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis