BAGNEUX

Le château fort de Bagneux, édifié sur un éperon calcaire qui, selon la tradition, communiquait par signaux à feu avec Loches a été construit au 15ème siècle. Mais le toponyme apparaît dès 816 et, provenant du latin balneolos signifiant bains, il pourrait indiquer qu’il y avait là un domaine avec des bains privés.

Bagneux (vue aérienne)

L’accès à ce château est strictement interdite et il ne peut être vu que de loin, à partir de la D101, peu avant Civray.

Bagneux (août 2014)

Des quatre tours qui flanquaient le quadrilatère surmonté d’un chemin de ronde, il en subsiste deux qui ont été  ensuite recouvertes d’ardoises mais qui ont conservé leurs poivrières et leurs mâchicoulis ; la tour dite du nord  présente une élévation qui permettait sans doute de voir jusqu’aux forteresses ou fortins des plateaux voisins.

Bagneux (carte postale)

Le logis possède des fenêtres à meneaux montre la transition entre une forteresse militaire et une demeure d’agrément.

Dans la cour, un souterrain conduit à la chapelle Saint-Hubert, qui a été construite au 13ème siècle mais dont le portail a été remanié au 16ème. Sur cette chapelle voir BSAT 2001.

Chapelle Saint-Hubert (world of ruins)

Le premier seigneur connu, en 1331, est Guillaume de Beygnoux ou de Bagneux.

Au 15ème siècle le château appartint à Louis de Bourbon-Roussillon, fils naturel de Charles 1er de Bourbon, duc de Bourbon et d’Auvergne et de Jeanne de Bournan (née vers 1415), fille de Guillaume II du Puy, seigneur de Bagneux (voir généalogie ci-dessous). Un fils naturel de ce Louis de Bourbon-Roussillon : Jean de Bourbon (1465-1488) fut abbé de Seuilly.

Erratum : contrairement à ce qui est indiqué ci-dessus, Jean du Fau est né vers 1435 et il épousa Jeanne de Bourbon en 1472.

La seigneurie appartint ensuite à la famille Dangé D’orsay (voir généalogie ci-dessus et voir la Chapelle Blanche).

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis