Le nom de cette commune apparaît pour la première fois vers 590, dans l’Histoire des Francs de Grégoire de Tours sous la forme Bricca (Villa) ou « domaine de Briccos (patronyme gaulois) ». Cette référence montre l’ancienneté de cette cité, située non loin de la frontière entre le territoire des Turons et celui des Aulerques Cénomans, où Saint Brice fonda une église à la fin de l’époque gallo-romaine.

PATRIMOINE À VOIR

 

La Pierre Saint-Martin (août 2011)
La Pierre Saint-Martin (août 2011)

La Pierre Saint-Martin : on ne sait pas exactement de quelle époque date ce mégalithe sanctifié par Saint Martin. Selon certains, il s’agit soit d’un menhir du néolithique ou de l’âge du bronze, soit d’une borne milliaire de l’époque gallo-romaine, soit encore d’un menhir transformé en borne milliaire. Haut de 1,60 mètre, ce mégalithe est creusé à son sommet d’une cavité dans laquelle on déposait des pièces de monnaie ou des offrandes alimentaires pour être sûr de se marier dans l’année, survivance probable d’un rite antique.

Ancienne voie à la Pierre Saint-Martin (août 2011)
Ancienne voie à la Pierre Saint-Martin (août 2011)

Ce mégalithe se trouve au bord de l’importante voie gallo-romaine, qui allait d’Espagne en Belgique, via Poitiers (Limonum), Tours (Caesarodunum) et Le Mans (Vindunum), qui venait de Sonzay par un chemin répertorié sur les cartes comme une « ancienne voie romaine » et qui continuait, sur le territoire des Aulerques Cénomans vers Le Mans, via Chenu et Vaas. La limite entre l’Indre-et-Loire et la Sarthe se trouve maintenant juste après Brèches mais dans l’antiquité la frontière entre les Turons et les Aulerques Cénomans se trouvait entre Chenu et Vaas.

Ancienne voie après Brèches (février 2011)
Ancienne voie après Brèches (février 2011)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis