Le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 943, dans une charte de Théotolon, archevêque de Tours, sous la forme Cersilla Villa ou « domaine de Cercilla ».

AK-Cerelles-Chateau-de-Baudry-et-la-piece-d-Eau

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Du néolithique :

Selon Jean-Claude Marquet : un site néolithique se situe à Baigneux (au sud-ouest du bourg, près de l’autoroute A 28), où 28 trous de poteaux, prouvant l’existence d’un bâtiment, ont été découverts ; on y a également trouvé 40 outils, dont des grattoirs, des lames, des percuteurs, des nucléus ainsi que 954 tessons de céramique, dont un fragment de vase. Par ailleurs un polissoir a été découvert dans les bois du château de Baudry (à l’est du bourg).

Cerelles, Baigneux (INRAP)
Cerelles, Baigneux (INRAP)

La Grosse Pierre, haute de 1,50 mètre, se dresse à Roiville (voir ci-après). Selon Louis Bousrez (voir Les monuments mégalithiques de Touraine, 1894), il s’agit d’un menhir ou d’un dolmen en ruines mais selon Louis Dubreuil-Chambardel c’est une pierre en situation naturelle.

Cérelles, les Bois de Baudry, polissoir (JCM)
Cérelles, les Bois de Baudry, polissoir (JCM)

De l’époque gallo-romaine :

Outre le nom de la commune, qui suppose l’existence d’un domaine gallo-romain, d’autres domaines se trouvaient sans doute à Flanray (au sud-est du bourg), venant de Flaneriacus ou « domaine de Flanerius » ainsi qu’à Roiville (au sud-est du bourg) venant de Rito Villa ou « domaine du gué »

Cérelles, voie vers le gué (juin 2011)
Cérelles, voie vers le gué (juin 2011)

Une voie gallo-romaine se dirigeant vers Le Mans franchissait sans doute la Choisille, au gué (gaulois ritum) de Roiville, à Langennerie, hameau à cheval sur Chanceaux-sur-Choisille et Cerelles, en passant ensuite à Flanray (voir ci-dessus).

2 ont commenté “Cérelles*

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis