Le nom de cette commune, qui s’étend sur les deux rives de l’Indre, apparaît pour la première fois en 775, dans un diplôme de Charlemagne, sous la forme Curciacus, que l’on fait habituellement venir de Curtiacus ou « domaine du Petit » mais un historien local fait venir ce toponyme du gaulois curcios (le héron).

Courçay plan

Un acte de Charles II le Chauve, daté de 862, précise : « Curciacus cum capella ac manso dominicato et factis setuaginta in quibus est colonia Cibriacus et Rubrus et Camiliacus et Macerias atque Juis seu Gebriacus, necnon Buxarias et Brittaniolas et tratum quod est juxta Canavas », c’est-à-dire : « Curciacus, avec une chapelle, un séjour pour l’intendant et 70 fermes parmi lesquelles sont Cibriacus (Chibré ? domaine de Cibrius), Rubrus (Rouvre, au sud du bourg, sur la rive gauche), Camiliacus (Chemallé), Macerias (Mazère à Reignac-sur-Indre) ainsi que Juis ou Gebriacus (Geay) mais aussi Buxarias (Bussières, à Athée-sur-Cher) et Brittaniolas et un tratum (pratum = pré ?) qui est juste à côté de Canavas (les Cabanes). »

PATRIMOINE DÉCOUVERT

 

Du paléolithique et du néolithique :

Selon Wikipedia, des bifaces paléolithiques ont été collectés en surface (voir Bulletin de l’association des amis du musée du Grand-Pressigny, 24,‎ 1973) ; des ossements humains datant du néolithique ont été exhumés en 1955 au flanc de la falaise surplombant la rive droite de l’Indre, au niveau du moulin de la Thibaudière, près de la limite avec Reignac-sur-Indre ; on a aussi retrouvés des pointes de flèches, un polissoir et des haches polies de la même époque.

N° 1 : polissoir de Courçay (dessin Gérard Cordier)
N° 1 : polissoir de Courçay (dessin Gérard Cordier)

Selon le site de la mairie, un lieu-dit appelé la Grosse Borne, près de la Barrerie (au nord du bourg), indiquerait l’existence d’un menhir disparu. Ce lieu (voir ci-après) semble donc avoir été occupé depuis la plus haute antiquité.

De l’époque gauloise :

Gérard Cordier signale dans l’article Précisions sur le cimetière mérovingien du Breuil, in Revue Archéologique du Centre de la France, 12. 1-2. 1973, que dans ce cimetière situé près de la Barrerie, au nord du bourg, où des vestiges de murs antiques étaient encore visibles en 1868, des potins à la tête diabolique  ont été découverts et qu’il y avait sans doute là une nécropole gauloise avant le cimetière mérovingien.

Enceinte gauloise (photo G. Dubois)

À 1 km au nord-est du bourg, Jacques Dubois a photographié en 1991 une grande enceinte de 200 m. sur 75 m. entourée de fossés (Voir Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 43, 1993).

De l’époque gallo-romaine :

Geay, photo J Dubois 3 (BSAT 41)

Geay, photo J Dubois 1 (BSAT 41)

Une villa gallo-romaine a été fouillée dès 1850 au Grand Geay, (au nord-est du bourg), toponyme venant de Gaiacus ou « domaine de Caius » puis photographiée à plusieurs reprises par Jacques Dubois (Voir Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 41, 1987) ; on y a découvert une lampe de bronze à six branches ainsi qu’une épingle en os, ornée d’une tête de femme ; des pans de murs, représentés sur une gravure de 1856, étaient encore visibles en 1936.

Geay (BSAT 41)

D’autres domaines agricoles existaient sans doute à Chauvigny (au nord-est du bourg), venant de Caloniacus ou « domaine du Beau », à Chemallé (au sud-est du bourg, sur la rive gauche), venant de Camiliacus ou « domaine de Camilius », à Toizay (au sud-ouest du bourg, sur la rive gauche), venant de Totiacus ou « domaine de Totius », à Villebas (au nord-est du bourg) ou « domaine du bas » et à Villetivrain (au sud du bourg, sur la rive gauche) ou « domaine de Tiberius ».

Courçay, rue de la Doué (avril 2018)
Courçay, rue de la Doué (avril 2018)

Deux voies gallo-romaines suivaient les deux rives de l’Indre ; celle de la rive droite, venant de Reignac, est probablement reprise par la D 83, qui, à Courçay porte le nom de rue de la Doué (de la Fontaine) ; la voie, sous le nom de rue des Plantes, continue ensuite vers Truyes.

Courçay, rue des Plantes (avril 2018)
Courçay, rue des Plantes (avril 2018)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis