Le vieux bourg : c’est là qu’était implantée la première paroisse de Cravant avec l’église et le château.

Ancienne Église Saint-Léger : 9ème siècle (nef), 12ème siècle (entrée ouest, abside et chœur), 15ème siècle (chapelle Notre-Dame). Un porche, aujourd’hui disparu, fut construit  au 15ème siècle sur le côté sud, devant une porte, ouverte au 10ème ou 11ème siècle et considérée comme l’une des plus anciennes de France ; son arc en plein cintre, orné d’un cordon en torsade est un bel exemple de sobriété.

Ancienne église Saint-Léger (mai 2013)

L’église (entrée payante) est ouverte tous les jours du 15/02 au 11/11, les dimanches et jours fériés du 12/11 au 14/02.; à l’intérieur, on peut voir deux piliers mérovingiens, réutilisés pour soutenir le porche, ainsi que huit piliers du 13ème siècle, provenant de la chapelle de la Madeleine (voir ci-après) ; dans la nef et le transept se trouvent un ancien baptistère ainsi que des sarcophages trouvés à Brizay (voir cette commune) et ailleurs.

Ancien porche de l’église, avec les piliers mérovingiens (dessin abbé Chevalier)

Dans la chapelle Notre-Dame, en face de l’autel, une fresque du 15ème, découverte récemment, représente la Vierge accueillant des personnages sous un ciel constellé d’étoiles ; certains pensent qu’il s’agit de Georges de la Trémouille (voir L’Île-Bouchard) avec sa femme et ses enfants ; d’autres y voient les Rois Mages.

Fresque de la chapelle Notre-Dame (mai 2013)

Désaffectée en 1863 et remplacée par l’église Saint-Léger du nouveau bourg, ce vénérable bâtiment, entouré de son cimetière, est maintenant la propriété des Amis du vieux Cravant, dont le fondateur est le chanoine Audard et dont le Président actuel est Frédéric de Foucaud (voir Sonnay).

 Le château : on ignore la date de construction de ce château qui a été remanié au 16ème siècle par Adam de Hodon, seigneur d’Estilly (aujourd’hui Détilly à Beaumont-en-Véron) et de la moitié de la châtellenie de Cravant ; dans un aveu de 1595, Jean Le Nain (voir Histoire) constate que le château est en très mauvais état ; le fief avait un revenu annuel de 45 livres en 1639.

Le vieux château en 1906 (photo des Amis du Vieux Chinon)

En 1717, le seigneur, qui était alors le Régent (voir Histoire), donna l’usufruit de ce château à son aide de camp : Joseph Flote-La Crau (1658-1743) ; après la Révolution, il fut vendu comme bien national en 1796 à Pierre Lambert puis acheté en 1937 par le chanoine Audard (voir note 2). Le double portail d’entrée était surmonté d’un blason représentant les armes de la famille d’Orléans, qui ont été martelées ; on peut voir aussi un puits du 15ème siècle, protégé par un abri en charpente du 17ème siècle.

Le vieux château avec son puits (mai 2013)

4 ont commenté “Cravant-les-Coteaux

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis