Pallus : le nom de ce lieu-dit vient du latin paludis, signifiant marais et effectivement ce lieu est régulièrement inondé lors des crues de la Vienne ; le manoir actuel a été construit au 17ème et modifié au 18ème. La légende raconte qu’à la place du marais de Pallus s’élevait une grande ville dont les habitants étaient méchants et avares ; une veille de Pâques, Jésus-Christ, déguisé en mendiant, parcouru les rues en demandant de l’eau ; il fut repoussé partout sauf aux Berthaisières, où il fut accueilli charitablement ; il annonça alors à la dame du lieu qu’il allait détruire la ville et qu’elle devait se mettre à l’abri sur le coteau mais celle-ci ne le voulut pas car sa fille était en ville ; Jésus la fit alors revenir en disant à la mère de mettre son pied sur le sien tout en l’appelant, d’où le nom d’Auripède (du latin auris-pedes signifiant « les pieds qui ont une oreille ») donné à cette ville, nom transformé ensuite en Ripette. Cette légende fut recueilli après des habitants par le chanoine Audard[2], qui devint curé de Cravant en 1931 et qui a laissé de nombreuses notes sur sa commune.

Pallus (mai 2013)

4 ont commenté “Cravant-les-Coteaux

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis