Histoire

Sur l’histoire de cette commune voir aussi http://www.mairie-de-drache.fr/tourisme-patrimoine/l-histoire-de-drache.html

Le nom de cette commune apparaît pour la première fois, en 1069, sous la forme villa Dracensis, signifiant « le domaine de Draccus », patronyme d’origine gauloise, dans la charte 59 du cartulaire de Noyers. Ce toponyme indique qu’il y avait là un domaine gallo-romain ; il y en avait d’autres, notamment aux lieudits Meslay (à l’est du bourg), venant de Merulacus ou domaine de Marila (patronyme germanique) et Parigné (au nord-est du bourg), venant de Pariniacus ou domaine de Parinius.

Draché, vue de Beauvais (janvier 2014)

Mais la région fut occupée bien avant comme le montrent le célèbre menhir de la Pierre percée (voir ci-après) ainsi que les habitats troglodytiques des Côteaux (voir ci-après).

Draché, vue du Breuil (janvier 2014)

À partir du 14ème siècle, la seigneurie de Draché appartint à la famille de la Jaille, qui, avec ses familles alliées, possédait une grande partie de la région (voir généalogie ci-dessous ; voir aussi La Tour Saint-Gelin, page 9).

Un des plus connus est Claude de Crevant, fils de Catherine de la Jaille et de Jean II de Crevant, qui fut seigneur de la Mothe-sous-Nouastre, de Draché et de Pouzay (voir cette commune) ; ayant accompagné François 1er en Italie, il fut blessé à la bataille de Pavie en 1524.

Au 17ème siècle, la seigneurie passa à l’époux de Jacqueline de la Grange, fille de Gabrielle de Crevant et de François de la Grange : François-Honorat de Beauvilliers (1607-1687), duc de Saint-Aignan, gouverneur de Touraine, poète et membre de l’Académie Française.

Blason de Draché

Il existait sept fiefs nobles sur la paroisse : Beauvais, la Guérinière, la Lévrie, la Naudais, le Breuil et Parigné (voir ci-après).

Le 8 avril 1593, entre 20h30 et 21h. un tremblement de terre fut ressenti à Draché, comme dans la région de Chinon, où il y eut quelques dégâts.

Parigné (janvier 2014)

En 1787, le Bourg était appelé Draché-Plaix et en 1792, l’ancienne commune de Plaix fut rattaché à Draché ; il y avait là la très ancienne église Saint-Sylvestre, qui a disparu. En 1737, Jean Guerrand, curé de Plaix, note : »Le 13 septembre, il fit un orage terrible ; il tomba de la grêle, dont un quart était grosse comme le poing, la moitié comme des œufs de poule. »

C’est aussi à partir de 1792 que la nouvelle route allant de Paris en Espagne (ancienne RN 10 et aujourd’hui D 910) passa par Sainte-Maure (voir cette commune), Draché, Port-de-Piles et non plus par la Haye (aujourd’hui Descartes (voir cette commune)). Le toponyme la Poste de Beauvais est un souvenir d’un relai sur cette route mais ce relai existait avant cette nouvelle route car la carte de Cassini note déjà « sur la route de Poitiers à Paris par Blois et Orléans ».

L’abbé Henri Péan (1901-1944), curé de Draché et de la Celle-Saint-Avant (voir cette commune), fut une des figures de la Résistance en Touraine au sein du Réseau Vengeance, dont il fut le responsable départemental. Arrêté le 13 février 1944 et torturé â la prison de Tours, il mourut le 28 février 1944, à la suite des sévices subis. À ses côtés, on trouvait notamment la comtesse de la Roche-Ploquin à Sepmes (voir cette commune) ainsi que Jean Michau, fermier à Draché ; arrêté le 16 février 1944 puis déporté à Buchenwald et à Bergen-Belsen, il y mourut le 15 avril 1945, la veille de la libération du camp par les alliés.

Monument en souvenir du massacre de Maillé (déc. 2013)

À l’angle de la D910 et de la route allant de Maillé (voir cette commune) à Draché, se trouve un monument rappelant le massacre de Maillé, qui a eu lieu le 25 août 1944 (voir cette commune).

Le nord de la commune sera traversé par la nouvelle Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux. Les travaux sont en cours et la SOGEA est en train d’aménager une nouvelle route et un pont pour desservir les deux habitations qui restent à Plaix.

Pont de Plaix (janvier 2014)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis