Le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 1236, dans le cartulaire de l’évêché de Tours sous la forme Ecclesie de Ferrariis, toponyme qui laisse supposer qu’il y avait là des mines de fer, exploitées dès l’époque gauloise.

large

PATRIMOINE À VOIR

P1180166

La Butte de Murat (au sud-ouest du bourg) : Située à la confluence du Larçon et du Brignon, cette butte, occupée dès le néolithique, comme le montrent les silex taillés découverts dans les années 1950, résulte de l’érosion conjointe de ces deux cours d’eau.

Éperon de Murat, carrière néolithique, août 2019
Éperon de Murat, carrière néolithique, août 2019

Le nom de ce lieu vient du latin muratus (espace pourvu de murs) ; il s’agit en effet d’un éperon barré (voir note 7), sur lequel, à l’époque gauloise, il y avait un oppidum (voir note 5), fermé par un vallum : rempart défensif de 70 m. de long sur 8 à 10 m. de large, fait de pierre et de terre, et doublé d’un fossé.

 Éperon de Murat, vallum, août 2019
Éperon de Murat, vallum, août 2019

Propriété du Conseil départemental d’Indre-et-Loire depuis 1992, le site est ouvert au public avec un sentier aménagé et six panneaux pédagogiques qui invitent à découvrir les richesses et l’histoire de ce site naturel le long d’un parcours de 2,5 km.

 

la butte de Murat (photo Jacques Dubois)
la butte de Murat (photo Jacques Dubois)

Voir : MONTROT Ernest et CORDIER Gérard : L’éperon barré néolithique de Murat (Ferrière-Larçon), in Les Amis du musée préhistorique du Grand-Pressigny, 5, 1954.

Ferrière-Larçon Éperon de Murat août 2019f

Vestiges d’une villa gallo-romaine : Des restes des murs de la pars urbana (partie habitée) peuvent être vus, sur une propriété privée, qui se trouve au Petit Beussac, au nord-ouest du bourg ; ce toponyme qui apparaît aussi sous les formes Beussa ou Bussa (sur la carte de Cassini), vient sans doute du gallo-romain Bussia = « Terres de Bussius » ou Bucciacus = « Domaine de Bussius ».

 le Petit Beussac août 2019
le Petit Beussac août 2019

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Musée du Grand-Pressigny
Musée du Grand-Pressigny

Diverses publications signalent la découverte sur le territoire de la commune de deux haches polies, dont une se trouve au Musée du Grand-Pressigny, de plusieurs polissoirs et d’une pièce de l’empereur Constantin, datée de 337, mais je n’ai pas trouvé de précisions sur les circonstances de ces découvertes. Seul le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1895 précise qu’un ou deux polissoirs ainsi que de nombreux fragments de silex taillés ont été trouvés « sur la propriété de M. Dauxerres » et le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 1883 précise que ce dernier était maire de Ferrière-Larçon.

phot Séraphin-Mederic Mieusement
Polissoir de Ferrière-Larçon (Photo Séraphin-Mederic Mieusement)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis