Le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 1080, dans une charte de l’abbaye de Marmoutier, sous la forme Ecclesia de Fundeta, venant du latin Fundetis = (je vais) aux Petites Fontaines.

Carte de Cassini
Carte de Cassini

Le site fut occupé dès le néolithique (voir ci-après) et à l’époque gauloise, l’oppidum de Montboyau (voir ci-après) fut une des principales places-fortes des Turons, à proximité duquel se croisaient deux voies importantes (voir ci-après).

Oppidum de Montboyau (janvier 2011)
Oppidum de Montboyau (janvier 2011)

Des domaines gallo-romains existaient à Châtigny (sud-ouest), venant de Catiniacus ou « domaine du Creux » (voir ci-après), à Charcenay (est du bourg), venant de Carciniacus ou « domaine du Crabe » (Carcannum Villa en 914), à Gannay (sud-ouest), venant de Ganinacus ou « domaine de Waninus (patronyme germanique) », à Lavaray (nord-est), venant de Lavariacus ou « domaine de Laparus », à Martigny (sud-est), venant de Martiniacus ou « domaine de Martinus » (Villa Martiniacensis chez Grégoire de Tours), à Tréché (nord-ouest), venant de Triciacus ou « domaine de Tricius » et à Ville Blanche (nord-est), où l’on voit le terme villa = domaine agricole. Le toponyme Mazère (au nord-ouest du bourg) du latin maceriae (ruines) indique souvent qu’il y avait là des vestiges gallo-romains.

Château de Châtigny (août 2011)
Château de Châtigny (août 2011)

PATRIMOINE À VOIR

L’oppidum de Montboyau, anciennement Mons Boelli ou Mont de Boellus (vicomte de Chartres au 10ème siècle).

Plan J.M. Laruaz
Plan J.M. Laruaz

Nettement visible sur les photographies aériennes et situé au confluent de la Choisille et de la Loire, cet oppidum, aujourd’hui au lieu-dit les Tourelles, était sur un éperon barré, formant un triangle presque équilatéral. 

02 Montboyau copie

il était défendu par un versant abrupt du côté des cours d’eau et par un fossé de 20 m. de large, bordé par un talus de 7 m. de haut du côté du plateau, au nord-ouest.

Oppidum de Montboyau (sept 2019)
Oppidum de Montboyau (sept 2019)

Il est traversé actuellement par la rue de Beaumanoir près de laquelle a été découvert un trésor monétaire gaulois composé d’un millier de pièces de monnaie datant, pour la plupart, du 1er siècle avant JC et dont beaucoup étaient des potins à la tête diabolique (voir ci-après).

Le "trésor" de Fondettes (photo PCIL)
Le « trésor » de Fondettes (photo PCIL)

Les voies gallo-romaines et le pont sur la Loire :

Deux voies anciennes se croisaient au niveau de l’oppidum.

La voie qui suivait la rive droite de la Loire et qui reprend sans doute un chemin gaulois passait au lieu-dit Le Paradis, toponyme indiquant peut-être la présence d’une ancienne nécropole ; ce lieu est situé juste avant le Petit Martigny où une rue qui porte le nom de Voie romaine, conduit au lieu-dit Vallières, où il y avait, selon l’historien Pierre Audin, un port sur la Loire ; cette rue est prolongée par la rue du Bel Air qui rejoint la D 276 un peu avant le château de Châtigny (voir ci-après).

La Voie Romaine à Martigny (août 2011)
La Voie Romaine à Martigny (août 2011)

La voie qui allait de Poitiers au Mans descendait vers la vallée de la Loire et arrivait sur la rive gauche de la Loire, en face de l’oppidum. On a cru, pendant longtemps, que la Loire était franchie à gué avant que les Romains ne construisent un pont mais dans les années 1970 toute une série de pilotis quadrangulaires ont été remarqués puis datés au carbone 14 ; trois dates ont été obtenues : 100 avant notre ère, 6 avant notre ère et 106 après JC. Il y a donc eu à cet endroit un pont construit par les Turons puis sans doute reconstruit et élargi à l’époque gallo-romaine. Malheureusement beaucoup de ces pilotis ont été arrachés en 1987 pour permettre le déroulement d’une compétition de descente de la Loire en planche à voile !

04 Pont Montboyau (B54) 03

Sur le pont antique, voir notamment :

Jean-Mary Couderc : Le pont antique de Fondettes sur la Loire, in Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 45, 1998.

Patrick Neury (archéologue à l’INRAP) et Jacques Seigne (professeur à l’université de Tours): Le pont antique de Fondettes, in Revue archéologique du Centre de la France, 42, 2003.

Les pilotis de l'ancien pont (mai 2011)
Les pilotis de l’ancien pont (mai 2011)

Les pilotis restants sont encore bien visibles quand la Loire est basse et les articles ci-dessus contiennent de nombreuses photographies, prises par Jacques Dubois, Michel Magat et Philippe Nowacki-Breczewski.

Photo M Magnat (1987)
Photo Michel Magnat (1987)

La voie remontait la vallée de la Choisille et rejoignait l’actuelle D 36, qui se dirige vers Saint-Roch, et qui reprend sans doute le tracé de l’ancienne voie ; plusieurs lieu-dits aux abords de cette route sont visiblement d’anciens toponymes : Château-Gaillard, Tartifume, les Maisons Rouges, La Chaise du Diable, Les Cartes.

Ancienne voie à la sorite de Fondettes vers Saint-Roch (août 2011)
Ancienne voie à la sorite de Fondettes vers Saint-Roch (août 2011)

La villa gallo-romaine de Châtigny

Voir notamment :

Charles de Beaumont : La villa gallo-romaine de Châtigny, in Bulletin Monumental, 58, 1893.

René-Charles Guilbaud (historien d’art) : le château de Châtigny, in Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 47, 2001 ainsi que l’article de Wikipedia.

Plan Anne Benoît du Rey
Plan Félix Benoît du Rey

Les vestiges de cette villa du 3ème siècle après JC ont été mis en évidence dans les années 1890 par l’archéologue Charles de Beaumont, alors propriétaire du château.

02 Fondette Châtigny 01

La pars urbana, qui constitue les fondations du château, comme on peut le voir, formait un carré de 33 m. de côté et disposait d’un total de 14 pièces. Son sol était en grande partie recouvert de mosaïques à figures géométriques alternées par des motifs en forme de végétaux et de poissons.

Fondations gallo-romaines (sept 2019)
Fondations gallo-romaines (sept 2019)

Les murs de la première salle étaient partiellement ornés de décorations polychromes. Les murs de la seconde pièce, également décorés, étaient recouverts d’une sorte de mortier, qui imitait le marbre.

03 ruines-romaine-51853f5

Les ruines d’autres bâtiments gallo-romains sont visibles à l’ouest de la cour avec les restes d’une piscine intérieure, d’un bassin extérieur de forme octogonale, d’un hypocauste, et de sols en mosaïque. 

Vestiges des thermes (sept 2019)
Vestiges des thermes (sept 2019)

Devant l’importance de ces installations, certains auteurs ont émis l’hypothèse de la présence de bains publics dans la mesure où cette villa était placée en bordure de la voie romaine reliant Tours à Saumur.

Décor du frigidarium (photo PCIL)
Décor du frigidarium (photo PCIL)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Louis Bousrez écrit dans le Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 10, 1895 « J’ai retrouvé, au lieu-dit les Brosses, à Fondettes (au sud-ouest du bourg), l’emplacement d’un dolmen, dont les dernières pierres ont été brisées il y a un an à peine. La proximité de cet endroit avec l’aqueduc de Luynes, donne l’occasion de faire ressortir une fois de plus la fréquence du voisinage des monuments mégalithiques et des ruines gallo-romaines ».

Trouvailles néolithiques de Fondettes (RACF)
Trouvailles néolithiques de Fondettes (RACF)

Dans ce même Bulletin de la Société archéologique de Touraine, 10, 1895, le comte Charles de Beaumont indique qu’un agriculteur a découvert à Maumont, au sud-ouest du bourg, à la limite entre Fondettes et Luynes, ce qu’il considérait comme « une allée couverte écroulée », où l’on trouva quatre haches polies, onze grattoirs, des fragments d’un polissoir en grès et de poteries ainsi que des ossements.

Hache néolithique de Fondettes (Musée du Grand Pressigny)

Gérard Cordier, dans un article intitulé Quelques trouvailles néolithiques tirées de la Loire, in Revue archéologique du Centre de la France, 12. 3-4, 1973, indique que des poteries néolithiques ont été trouvées, dans le lit de la Loire, en face de l’île de Quinquengrogne (au sud-ouest du bourg, à la limite entre Fondettes et Luynes).  D’autres trouvailles du même genre ont aussi été faites par Pierre Magne, également dans le lit de la Loire, en face du Port de Vallières et de Port Foucault, toujours au sud-ouest du bourg.

Vase contenant le trésor (SAT)
Vase contenant le trésor (SAT)

À l’époque gauloise, l’oppidum de Montboyau fut fortifié, comme nous l’avons vu ci-dessus et, dans les années 1950, un « trésor » fut découvert rue de Beaumanoir. Ce trésor contenait notamment 494 potins à la tête diabolique, attribués aux Bituriges Cubes, aux Carnutes et aux Sénons. Ces monnaies, accompagnées d’une fibule, étaient dans un vase et il semble étonnant qu’il n’y ait eu, parmi elles, aucune monnaie des Turons ! Certains pensent que ce trésor appartenait à des Carnutes réfugiés chez les Turons en 51 avant J.C. (date à laquelle Jules César écrase les Carnutes et établit deux légions à Cenabum (Orléans).

potins du trésor de Fondettes (Musée du Grand Pressigny)
potins du trésor de Fondettes (Musée du Grand Pressigny)

En même temps, fut trouvé un dépôt d’objets votifs comprenant 10 anneaux en bronze, de nombreux disques perforés en plomb ainsi que 5 roues, également en plomb, et un petit couteau en plomb.

(BSAT)
(BSAT)

Voir Albert Philippon : la trouvaille de Fondettes, in Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 31, 1956.2 et Jean-Pierre Blanchet : inventaire de la trouvaille faite vers 1950 (…), in Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 50, 2004.

petit couteau en bronze (BSAT)
petit couteau en bronze (BSAT)

Deux petites fermes gauloises, entourées d’enclos fossoyés, ont également été découvertes au nord-est du bourg, à la Limougère et aux Cochardières.

Voir Matthieu Gaultier : la Limougère (…), in Revue Archéologique du Centre de la France, 47, 2008 et Stéphane Joly : les occupations des Cochardières à Fondettes, in Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, 12, 2005.

fibule du trésor (SAT)
fibule du trésor (SAT)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis