L’Indre-et-Loire correspond grosso modo à l’ancienne province de Touraine, à laquelle ont été ajoutées les régions de Bourgueil (Anjou) ainsi que de Richelieu (Poitou) et dont ont été retranchées la région de Montrichard (Loir-et-Cher) ainsi que la haute vallée de l’Indre. Cette province tire son nom de la peuplade celte des Turones qui, venant de la région de Nuremberg, s’installèrent au bord de la Loire au 5ème s. avant J.C. Leurs deux places-fortes principales étaient à Amboise et à Fondettes.

Anciens remparts gallo-romains de Caesarodunum

Vers 10 ap. J.C. : Fondation de Caesarodunum comme capitale des Turones au carrefour des voies romaines nord/sud et ouest/Lugdunum ; cette fondation coïncide avec la réorganisation de la Gaule chevelue par l’empereur Auguste. Il existait antérieurement un village gaulois dont on a retrouvé quelques traces dans le quartier des Halles.

Plan du vieux Tours

 4ème s. : La Gallia Comata (Gaule chevelue) est divisée en quatre provinces et Caesarodunum devient la métropole de la Lyonnaise Troisième ; un rempart est édifié pour protéger le centre administratif de la ville = le castrum (actuel quartier de la cathédrale) ; Une portion importante des remparts est encore visible rue des Ursulines (voir photo ci-dessus). La ville est alors nommée Civitas Turonorum d’où le nom de Tours. 

ancienne collégiale Saint-Martin

371 : Saint Martin devient le 3ème évêque de Tours. La première collégiale Saint-Martin, l’un des sanctuaires les plus importants de la chrétienté, fut élevée au 5ème s. Reconstruite à plusieurs reprises, cette église s’écroula définitivement en 1797. Une nouvelle basilique, construite en partie au même emplacement, fut terminée en 1924. 

actuelle église Saint-Martin (au fond la Tour Charlemagne)

Vers 480 : Euric, roi des Wisigoths, s’empare de Tours.          

507 : Clovis, roi des Francs, s’empare de Tours et tue le roi Wisigoth Alaric II, fils d’Euric. Après la mort de Clovis en 511, sa veuve Clotilde se retire à Tours. 

 6ème s. Saint Grégoire de Tours (538-594) devient le 19ème évêque de Tours ; son œuvre majeure : Decem libri Historiarum est une histoire ecclésiastique des Francs. 

Place Grégoire de Tours

 732 : Charles Martel arrête les Sarrasins qui voulaient piller l’abbatiale Saint-Martin ; on dit qu’une partie de la « bataille de Poitiers » s’est passée aux  Landes de Charlemagne à Ballan-Miré (à 12 km au sud de Tours). Voir aussi Les batailles de Poitiers.

 796 : le savant anglo-saxon Alcuin d’York « l’homme le plus savant de son temps » est nommé par Charlemagne abbé de Saint-Martin de Tours et il y réside jusqu’à sa mort en 804. Il fait de son abbaye le centre de la « Renaissance carolingienne ». 

800 : Luitgarde, quatrième épouse de Charlemagne meurt à Tours et est inhumée dans la collégiale Saint-Martin ; sur son tombeau fut élevée une tour : la tour Charlemagne, restaurée de nombreuses fois et qui subsiste encore. 

Tour Charlemagne

853 : Les Normands remontent la Loire et s’emparent de Tours. Ils détruisent l’abbaye Saint-Julien, construite au 6ème s. et réédifiée au 11ème puis au 13ème s. ainsi que l’abbaye de Marmoutier, édifiée en 372 par Saint Martin.

Tours : église Saint-Julien

860-866 : Robert le fort, arrière-grand-père d’Hugues Capet,  devient comte de Tours et marquis de Neustrie, dont Tours fait partie après la mort de Charlemagne. 

1044 : Geoffroy II Martel (1006-1060), comte d’Anjou et fils de Foulques III Nerra, s’empare de la Touraine après sa victoire contre Thibaut III de Blois, comte de Tours. C’est lui qui fait construire le premier château de Tours, reconstruit en grande partie au 15ème s. 

le château de Tours et la cathédrale Saint-Gatien

1113-1151 : Geoffroy V Plantagenêt, descendant de Geoffroy II Martel, est possesseur du comté de Tours, comme après lui son fils Henri, qui devient roi d’Angleterre sous le nom de Henri II en 1154. 

1205 : après avoir pris Loches et Chinon, Philippe Auguste enlève le comté de Tours à Jean sans Terre, frère de Richard Cœur de Lion, fils et successeurs d’Henri II, et le rattache à la couronne. 

1360 : Philippe le Hardi, fils du roi Jean II le Bon, devient duc de Touraine.

Tours : hôtel des ducs de Touraine (14ème s.)

1407 : Jean de France, fils du roi Charles VI le Fol, devient duc de Touraine ; après sa mort en 1417, c’est un autre fils de Charles VI qui devient duc de Touraine et qui deviendra roi de France, grâce à Jeanne d’Arc, sous le nom de Charles VII. Jean Fouquet, né à Tours en 1416, est le peintre attitré de Charles VII et de Louis XI

Prise de Tours par Philippe Auguste dans les Grandes Chroniques de France de Jean Fouquet

1452 : Le roi Louis XI, fils de Charles VII, accorde le statut de commune à la ville de Tours : l’assemblée générale des habitants élit 24 échevins et, parmi eux, le premier maire : Jean Briçonnet l’aîné : marchand et familier du roi. Commencée en 1209, la construction du chœur de la cathédrale Saint-Gatien ne sera terminée que par Louis XI qui vit le plus souvent au château du Plessis à La Riche. 

Tours : cathédrale Saint-Gatien

1560 : Un groupe de gentilshommes protestants envisagent de s’emparer du roi François II pour le soustraire à l’influence des Guise : la conjuration d’Amboise marque le début des guerres de religion. 

1577 : Tours devient le siège d’une généralité qui contrôle seize secteurs, dits « élections » en Touraine, Anjou et Maine. 

1585 : Pierre de Ronsard meurt au prieuré de Saint-Cosme à La Riche. 

1589 : Ne se sentant pas en sûreté dans Paris, menacé par la Ligue, Henri III, peu avant d’être assassiné, transporte le siège de son gouvernement à Tours puis, après des pourparlers dans le château de Sainte-Maure (voir cette commune), il signe un traité avec Henri de Navarre dans le château de Plessis-lès-Tours.

château de Sainte-Maure

1766/1783 : Alors qu’il est intendant de la généralité de Tours pendant cette période, François-Pierre du Cluzel réorganise complètement l’urbanisme de la ville selon un axe nord-sud. 

1798 : le chef chouan Guillaume le Métayer, dit Rochambeau, est fusillé à Tours.

1799 : Balzac naît à Tours ; il passe sa petite enfance à Saint-Cyr-sur-Loire (voir cette commune) puis est élève de la pension Le Guay, rue de la scellerie à Tours. La Touraine apparaîtra souvent dans son oeuvre.

Tours : cloître de la psalette

1870 : Fuyant Paris encerclé par les Prussiens, Gambetta installe d’abord le gouvernement à Tours avant de partir pour Bordeaux.

1918 : Le pont de pierre sur la Loire, construit au 18ème s. est baptisé du nom de Wilson : président des USA de 1912 à 1920. En avril 1978 un tiers du pont s’effondra ; la reconstruction à l’identique de la partie effondrée fut terminée en 1982. Depuis la mise en service du nouveau tramway, ce pont est à sens unique (nord-sud)

écroulement du pont Wilson en 1978

1920 : Lors du congrès de Tours, le Parti socialiste éclate et le Parti Communiste Français est créé. 

le pont Wilson aujourd’hui

1940 : De nouveau le gouvernement s’installe à Tours avant d’aller à Bordeaux. Albert Lebrun installe la Présidence de la République au château de Cangé à Saint-Avertin et Paul Reynaud la Présidence du Conseil au château de Chissay-en-Touraine

 1970 : Fondation de l’université François Rabelais.

Tours : place Plumereau

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis