Le nom de cette commune apparaît pour la première fois au 6ème siècle, chez Grégoire de Tours, sous la forme Gaudiacus Vicus, signifiant « agglomération du domaine du Bienheureux ». D’autres domaines existaient aussi à Beaugé (au sud du bourg), venant de Balbiacus ou « domaine du Bègue », à Cercelé (au sud), venant de Seriliacus ou « domaine de Serilius », à Chavigny (au nord-est), venant de Cavanniacus ou « domaine du Hibou », à Rigny (au nord-est), venant de Reginiacus ou « domaine de Reginius (patronyme gaulois) » et à Trizay (au sud), venant de Tertiacus ou « domaine de Tertius ».

Joué-lès-Tours La Mazeraie

D’autres sites gallo-romains ont été repérés, notamment près des Landes de Charlemagne (au sud-ouest du bourg), à la Brosse (sud-ouest), à la Mazeraie (sud), toponyme venant du latin Maceriae, indiquant la présence de ruines, à Moron (sud-est) et aux Rosiers (sud-ouest).

Les prospections faites par l’INRAP ont aussi mis à jour :

            Un site néolithique à la Gagneraie (sud-ouest)

            Un gisement du bronze final à l’Épan (nord-ouest)

            Deux sites protohistoriques à la Brosse et aux Maupointières (sud-ouest).

PATRIMOINE À VOIR

 

L’ancienne voie gauloise puis gallo-romaine, allant de Poitiers au Mans est encore bien visible entre le bois de la Motte (commune de Ballan-Miré) et le bois de la Petite Pépinière (commune de Joué-lès-Tours). Sur la carte de Cassini, ce chemin porte le nom de Route de Chinon et passe entre le Bois de Ballan et la Petenière. Jusqu’au 19ème siècle cette ancienne Route de Chinon était un chemin encore souvent emprunté et Balzac par exemple l’utilisait pour aller de Tours à Saché.

Ancienne voie entre le bois de la Motte et le bois de la Petite Pépinière (photo Ph. Moreau)
Ancienne voie entre le bois de la Motte et le bois de la Petite Pépinière (photo M. Moreau)

À la sortie du bois, une bifurcation permettait soit d’aller vers le château de la Vieille Carte et Fondettes (pour ce qui est de l’ancienne voie gauloise), soit, en traversant les Landes de Charlemagne, de rejoindre Caesarodunum  (pour ce qui est de la voie gallo-romaine).On pense généralement que ce « Charlemagne » (Carolus Magnus) ne désigne pas le célèbre empereur mais son grand-père Charles Martel , car il est probable qu’une « bataille de Poitiers » (appelée aussi « bataille de Tours ») se soit passée à cet endroit, où des armes maures auraient été retrouvées. 

les Tours de Charlemagne (juillet 2010)
les Tours de Charlemagne (juillet 2010)

La voie gauloise descendait vers la vallée de la Loire, traversant le petit Cher au Pont-aux-oies (commune de Joué-lès-Tours), appelé antérieurement le Pont-à-voie (gallo-romaine ?), où elle croisait la voie suivant la rive gauche du Cher, et arrivait ensuite sur la rive gauche de la Loire, en face de l’ancien oppidum turon de Montboyau à Fondettes, un peu en aval de l’actuel pont de Saint-Cosme.

le Pont aux oies (janvier 2011)
le Pont aux oies (janvier 2011)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

Le Patrimoine des communes d’Indre-et-Loire (Flohic 2001) présente les photos d’une mesure à grain gallo-romaine découverte à la Mazeraie (sud) et d’une meule venant de la Chaumette (nord-ouest), qui se trouve au Musée du Grand Pressigny.

Mesure à grains (photo PCIL)
Mesure à grains (photo PCIL)

Alain Ferdière, in Gallia 43.2, 1985 indique que Jean-Mary Couderc a signalé un site gallo-romain au Petit Bourreau (sud-ouest) découvert et fouillé par le Groupe archéologique de Ballan-Miré, où des fragments de tuiles, de céramiques, de fer et de verre ont été trouvés.

Meule du MGP (photo PCIL)
Meule du MGP (photo PCIL)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis