Le nom de cette commune vient d’une nouvelle paroisse, créée en 1779 par la réunion des paroisses de la Celle-Guénand et de la Celle-Draon ; ces deux toponymes apparaissent à la fin du 13ème siècle dans le Pouillé de Tours, qui les situe « près de l’abbaye de Noyers » ! le premier toponyme vient du premier seigneur connu de ce fief : Guillaume Guénand, vivant vers 1310, également seigneur des Bordes, au Petit-Pressigny. Le second vient de cella Draconis ou Droconis, signifiant ermitage de Dracon ou de Drocon (inconnu par ailleurs). 

Le site de Civray (photo JCM)
Le site de Civray (photo JCM)

Civray (au sud-ouest du bourg) a été occupé au mésolithique et des microlithes utilisées comme pointes de flèches et provenant de ce site, peuvent être vus au Musée du Grand Pressigny

Les microlithes de Civray (photo JCM)
Les microlithes de Civray (photo JCM)

Des domaines agricoles gallo-romains existaient sans doute à Civray, venant de Severiacus ou « domaine du Sévère », à Crançay (au nord-ouest), venant de Crescentiacus ou « domaine du Puissant », à Marnay (au nord-est), venant de Materniacus ou « domaine du Maternel » et à Racilly (au sud), venant de Rasiliacus ou « domaine du Poli ».

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis