Le prieuré

 

Construit au 12ème siècle, le Prieuré, qui fut vendu comme Bien National en 1791, comprend : A. l’église prieurale, B. le logis du prieur, C. les bâtiments où vivaient les moines, D. le pigeonnier.

plan annoté

17 07 11G
Prieuré (juillet 2017)

A. L’église prieurale

Fondée, selon la tradition, au 10ème siècle, puis devenue au 11ème siècle église prieurale, l’église Saint-Sulpice, construite au 13ème siècle et restaurée au 18ème, contient notamment une statue de Saint-Sulpice (sans tête) du 15ème siècle et un Christ en croix du 18ème siècle.

Église Saint-Sulpice (juillet 2017)
Église Saint-Sulpice (juillet 2017)

D’après un graffiti sur le mur extérieur de l’église, le grand retable aurait été édifié en 1711. Le tabernacle fut acheté en 1729, conformément au testament de Louis Boisseau, ancien notaire royal et fermier de la seigneurie du Louroux. D’après l’inscription sur son pied, l’ostensoir fut offert à la paroisse par Napoléon III. C’est un modèle créé par Charles-Eugène Trioullier, orfèvre des chapelles impériales.

Saint Sulpice
Saint Sulpice

B. La maison du prieur 

Ce manoir tourangeau du 16ème siècle a succédé à un château roman dont on voit des traces (baie géminée murée à droite de la tourelle nord-est).

Maison du prieur (juillet 2017)
Maison du prieur (juillet 2017)

On peut notamment remarquer la tour polygonale, à droite, contenant un escalier à vis agrémenté de banquettes de pierre aménagées dans l’épaisseur des murs ainsi qu’une loggia reposant sur un porche donnant accès à l’habitation.

Maison du prieur (juillet 2017)
Maison du prieur (juillet 2017)

Sur la tourelle nord-est, au toit en poivrière, dans laquelle se trouvait l’oratoire du prieur, on peut voir une meurtrière en forme de croix de Lorraine, qui, selon certains historiens montrait que le prieuré soutenait, pendant les guerres de religion, la Sainte-Ligue, dirigée par les Guise, ducs de Lorraine ; l’orifice de cette meurtrière, d’un diamètre de 6 cm, permettait le passage du canon d’une arquebuse.

Maison du prieur (juillet 2013)
Maison du prieur (juillet 2013)

C. Les bâtiments des moines 

Le prieuré, vu du cimetière (juillet 2017)
Le prieuré, vu du cimetière (juillet 2017)

Le grand bâtiment en face de la maison du prieur servait d’hébergement ou de dortoir aux moines qui l’habitaient. À l’avant, il y a un grand mur aveugle uniquement percé de 2 lucarnes avec fronton triangulaire. Au pignon de la grange on peut voir les fenêtres qui éclairent les étages et l’escalier qui les dessert. Les marches et contremarches de ce dernier sont taillées dans un seul et même morceau de bois et s’emboîtent parfaitement dans le pilier central, en bois, lui aussi. Tout près de la tour, la margelle d’un puits ou d’une citerne de presque un mètre de diamètre, avec une avancée pour l’écoulement de l’eau représente une tête d’animal, malheureusement, elle a été endommagée. Perpendiculaire à ce bâtiment la grange dîmière abritait le produit des dîmes ; le nombre et l’importance des granges montrent bien que les moines se consacraient d’une façon importante aux activités agricoles.

La grange dîmière (juillet 2017)
La grange dîmière (juillet 2017)

D. Le pigeonnier 

Positionné comme de coutume à l’écart des habitations (d’où l’appellation traditionnelle en Touraine de fuye, du verbe fuir), ce pigeonnier a été rénové dans le respect des traditions et en respectant l’aspect d’origine propre à la région.C’est un bâtiment circulaire d’environ 8 mètres de diamètre avec des murs d’un mètre d’épaisseur en moellons enduits. L’intérieur est resté tel quel. Il y a l’arbre tournant ainsi que l’échelle pour accéder aux trous de  boulins en pierre de taille qui sont disposés sur 5 travées de bas en haut avec sous les dernières rangées un triple rang de poteries à orifice circulaire, ce qui est assez rare.

Pigeonnier du prieuré (juillet 2017)
Pigeonnier du prieuré (juillet 2017)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis