Le nom de cette commune apparaît pour la première fois au 15ème siècle sous la forme Pressigny Le Savoueulx.

Biface provenant du Petit-Pressigny (photo PCIL)
Biface provenant du Petit-Pressigny (photo PCIL)

Le polissoir néolithique, appelé la Pierre Birette ou la Pierre du Diable, fut découvert près des Bordes, à l’est du bourg, sur la rive droite de l’Aigronne, affluent de la Claise. Dans la région, la Birette est une femme qui, ayant fait un pacte avec le diable, se transforme la nuit en loup ou en sanglier. On peut distinguer 14 ou 15 rainures de polissage sur sa surface (qui étaient sans doute considérées comme des marques de griffes !).

Le Petit Pressigny, la Pierre Birette (MGP)

Ce polissoir fut transporté en 1954 dans la cour du Musée du Grand-Pressigny ; lors de son déplacement on a repéré des traces de foyer et des éclats de silex.

La Pierre Birette (mars 2019)
La Pierre Birette (mars 2019)

Un peu au-dessus des Bordes, aux Flottes, on a recueilli de belles pointes de flèches néolithiques.

Mêêêê

Des domaines agricoles gallo-romains, existaient probablement à Cheverny (au sud-ouest), venant de Capriniacus ou « domaine de Caprinius » à Narçay (au sud-ouest), venant de Nartiacus ou « domaine de Nartius » et à Villevert (au sud), toponyme ou l’on retrouve le terme villa.

111216-le-Vignou037-copie-1024x764

La voie gallo-romaine qui allait de Tournon Saint-Pierre au Mans peut encore être vue dans la partie ouest de cette commune ; elle passait à la Carte, au Vignoux, puis à l’ouest de Narçay et elle traversait probablement l’Aigronne au Moulin Neuf. Un vieux chemin pavé, qui suit la rive droite de l’Aigronne, est aussi considéré comme une ancienne voie gallo-romaine.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis