Cette commune résulte de la fusion, en 1918, des anciennes communes de Ballan et de Miré. Le nom de la commune de Ballan, apparaît pour la première fois en 590 dans Histoire des Francs de Grégoire de Tours ; ce toponyme vient sans doute du gaulois Balatonos, signifiant « domaine de Balati (patronyme gaulois) » et indiquant l’origine celtique de cette agglomération. Celui de la commune de Miré, venant de Mariacus ou « domaine du Marin », n’apparaît qu’en 1400 dans une charte de l’abbaye de Beaumont-lès-Tours (ancienne abbaye de Tours, disparue à la Révolution).

37018_2_photo1_g
Ballan-Miré

PATRIMOINE À VOIR

 

Une importante voie gallo-romaine qui allait d’Espagne vers la Gaule du nord en passant par Bordeaux (Burdigala), par Saintes (Mediolanum Santonum : Le Milieu de la Plaine des Santons) et Poitiers (Limonum), traversait le territoire de l’ancienne commune de Ballan. Une portion pavée de cette voie peut encore être vue, entre le bois de la Motte (commune de Ballan-Miré) et le bois de la Petite Pépinière (commune de Joué-lès-Tours). Sur la carte de Cassini ce chemin porte le nom de Route de Chinon et passe entre le Bois de Ballan et la Petenière. À la sortie du bois, une bifurcation permettait soit d’aller vers le château de la Carte  et Fondettes (c’était la voie principale à l’époque gauloise), soit, en traversant les Landes de Charlemagne, de rejoindre Caesarodunum (voie préférée à l’époque gallo-romaine). 

L'ancienne voie dans le Bois de la Petite Pépinière (photo M. Moreau)
L’ancienne voie dans le Bois de la Petite Pépinière (photo M. Moreau)

PATRIMOINE DÉCOUVERT

 

Du néolithique : selon le Plan Local d’Urbanisme de la commune, des vestiges néolithiques ont été découvert à la Commanderie (au nord du bourg) et à Bois-Gibert (au sud-du bourg). Ce fait est confirmé par Jean-Mary Couderc, dans un article publié dans le Bulletin de la Société Archéologique de Touraine (11, 1982), où il est indiqué qu’un nucléus et un ont été trouvés à Bois-Gibert.

 

De l’époque gallo-romaine :

 

L’article de Jean-May Couderc cité précédemment est surtout consacré aux découvertes de cette époque dans plusieurs lieux de Touraine ; il y avait à Bois Gibert du 1er au 4ème siècle après JC, non loin à l’est de l’ancienne voie, un important domaine où ont été trouvés une meule, des fragments de tuiles et de céramiques sigillées), dont une provenait de la Graufesenque et une autre de Lezoux, un fragment de vase, un médaillon avec personnage et une tasse.

Ballan-Miré Bois Gibert, meule (JM Couderc)

Nicolas Fouillet, chercheur à l’INRAP (Institut National de Recherches Archéologiques Préventives), a également découvert en 2001 à la Châtaigneraie, au sud de bourg, une maison gallo-romaine du 2ème siècle après JC, dont il a fait les plans (voir Atlas Archéologique de Touraine, 2014). Une autre existait aux Millery (au nord du bourg), venant de Milleriacus ou « domaine de Milhari (patronyme germanique) ».

Ballan-Miré la Châtaigneraie 1 (Nicolas Fouillet)

3 ont commenté “Ballan-Miré* et Les 3 batailles dites « de Poitiers »

  • Thierry Teinturier a écrit le :

    Je me suis souvent promené sur l’ancienne voie romaine qui passe encore, en son ancien état, avant et après le Vieux Poitiers gallo romain, jusqu’aux champs où se serait déroulée cette bataille, pour certains historiens, c’est à dire dans la petite dépression (des champs en culture aujourd’hui) dominée par la ferme de la Brosse, à l’est de Moussais la Bataille qui n’est qu’un lieu-dit. Il y a qqs années, le Conseil général s’est donné les moyens, avec des universitaires, d’édifier une petite esplanade explicative dominant tous ces lieux. (Il faut prendre le chemin de la Baudette à Pied sec. C’est balisé et il n’y a pas de problème pour trouver cette esplanade.) Les explications proposées sont en Français, Anglais et Arabe si ma mémoire est bonne. C’est vraiment très instructif, et ils ont eu l’honnêteté de préciser que si il n’y avait pas  »consensus absolu », ces lieux présentaient la meilleure situation face aux textes malgré tout.
    Les landes de Charlemagne à Ballan Miré, cela reste une autre hypothèse. A chacun de se faire son idée… Mais il est vrai, comme le rappelle l’auteure Aude Cirier, que ces faits sont connus sous le nom de la bataille de Poitiers et non la bataille de Tours. Le Vieux Poitiers, qui était une très importante cité gallo-romaine, n’est qu’à deux kilomètres plus au nord. La voie romaine y conduit le promeneur…

    Répondre
  • Michaël a écrit le :

    Existe t’il des précisions sur les armes retrouvées aux Landes de Charlemagne ? Car si elles ont été identifiées comme étant d’origine musulmane, cela prouverait de manière certaine que la « bataille de Poitiers » s’est en réalité déroulée à Ballan-Miré.

    Répondre
    • a écrit le :

      Plusieurs historiens parlent des armes maures trouvées aux Landes de Charlemagne (voir par exemple l’article des MM Léon Levillain et Charles Samaran dans le Bulletin de l’école des Chartes, 1938) mais, il est vrai, que je n’ai pas trouvé de références précises sur la localisation actuelle de ces armes.
      Depuis plus de 100 ans, les historiens se disputent au sujet de la localisation de cette bataille. Pour ma part, me fondant sur des témoignages locaux, je pense qu’il y a eu 3 batailles et que la 3ème et dernière s’est passée près de Sainte-Maure de Touraine. Voir http://www.litteratur.fr/communes-de-touraine/les-batailles-de-poitiers/2/

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis