LES TROIS BATAILLES DITES « DE POITIERS »

Plusieurs historiens pensent qu’il y a eu trois batailles et je partage leur avis.

Les deux premières sont quasi sûres : la première eut lieu à Moussais-la-Bataille et fut gagnée par Abd-er-Ramane, qui a ensuite continué sur l’ancienne voie gallo-romaine Poitiers-Tours pour aller piller l’abbaye Saint-Martin à Tours.

Tableau de Charles de Steuben représentant Charles Martel (à gauche) face à Abn er Rahmane (à droite)

Son but, en effet, était de récolter le maximum de richesse avant de retourner en Espagne et non d’envahir « la France » (qui d’ailleurs n’existait pas à cette époque), comme le disent certains racistes, qui dénoncent les risques imaginaires d’une France islamisée mais qui, paradoxalement, étaient partisans de l’Algérie Française !

Moussais la bataille

La seconde se passa aux Landes de Charlemagne (commune de Ballan-Miré), lieu qui se trouve sur cette même voie et où de nombreuses armes maures ont été trouvées. Abd-er-Ramane aurait été tué et son armée aurait rebroussé chemin pour retourner en Espagne.

Les Landes de Charlemagne

La troisième est beaucoup plus hypothétique et on ne sait pas où elle s’est située exactement.

M.Baudot a proposé Sepmes en se basant sur l’étymologie de cette commune et sur le fait qu’elle se trouve sur une voie romaine mais on donne trois explications à ce toponyme : septima ecclesia = septième église construite par saint Gatien ou septima villa = le domaine de Septimus ou ad septimum milliarum = au septième milliaire et il n’est pas facile de savoir quelle est la bonne ; par ailleurs la voie romaine qui passe à Sepmes est une voie qui allait de Poitiers vers Amboise.

Pierre devant la Petite Baillolière (août 2011)

Martin-Tiffeneau, notaire et maire de Sainte-Maure, proposait la Pierre Percée, à Draché, en se basant sur le fait que ce menhir est aussi appelé le menhir des Arabes et sur le fait qu’il a découvert de très nombreux ossements à la Bommelière mais nous ne sommes pas là sur une voie romaine et le « menhir des Arabes » est sans doute une déformation du « menhir des érables ».

La Pierre Percée

Je formule donc une troisième hypothèse : près de la ferme de la Petite Baillolière (commune de Sainte-Maure), se trouve, non loin du dolmen de Bommiers, un lieu appelé les trois croix, où, l’ancien propriétaire de cette ferme a découvert de grosses pierres taillées ; ne pourraient-elles pas provenir d’un monument commémorant cette bataille ? Nous ne sommes là pas très loin de la Bommelière et nous sommes bien sur une voie romaine, qui, il est vrai, allait de Nouâtre à Athée-sur-Cher via la vallée de l’Indre.

Il faudrait dans ce cas supposer qu’après sa défaite aux Landes de Charlemagne, l’armée d’Abd-er-Rhamane, privée de son chef, aurait rebroussé chemin, par la voie qu’elle avait suivi à l’aller, jusqu’à Nouâtre, puis aurait bifurqué vers Sainte-Maure et vers la vallée de l’Indre, où elle pouvait retrouver une autre voie allant vers le sud.

3 ont commenté “Ballan-Miré* et Les 3 batailles dites « de Poitiers »

  • Thierry Teinturier a écrit le :

    Je me suis souvent promené sur l’ancienne voie romaine qui passe encore, en son ancien état, avant et après le Vieux Poitiers gallo romain, jusqu’aux champs où se serait déroulée cette bataille, pour certains historiens, c’est à dire dans la petite dépression (des champs en culture aujourd’hui) dominée par la ferme de la Brosse, à l’est de Moussais la Bataille qui n’est qu’un lieu-dit. Il y a qqs années, le Conseil général s’est donné les moyens, avec des universitaires, d’édifier une petite esplanade explicative dominant tous ces lieux. (Il faut prendre le chemin de la Baudette à Pied sec. C’est balisé et il n’y a pas de problème pour trouver cette esplanade.) Les explications proposées sont en Français, Anglais et Arabe si ma mémoire est bonne. C’est vraiment très instructif, et ils ont eu l’honnêteté de préciser que si il n’y avait pas  »consensus absolu », ces lieux présentaient la meilleure situation face aux textes malgré tout.
    Les landes de Charlemagne à Ballan Miré, cela reste une autre hypothèse. A chacun de se faire son idée… Mais il est vrai, comme le rappelle l’auteure Aude Cirier, que ces faits sont connus sous le nom de la bataille de Poitiers et non la bataille de Tours. Le Vieux Poitiers, qui était une très importante cité gallo-romaine, n’est qu’à deux kilomètres plus au nord. La voie romaine y conduit le promeneur…

    Répondre
  • Michaël a écrit le :

    Existe t’il des précisions sur les armes retrouvées aux Landes de Charlemagne ? Car si elles ont été identifiées comme étant d’origine musulmane, cela prouverait de manière certaine que la « bataille de Poitiers » s’est en réalité déroulée à Ballan-Miré.

    Répondre
    • a écrit le :

      Plusieurs historiens parlent des armes maures trouvées aux Landes de Charlemagne (voir par exemple l’article des MM Léon Levillain et Charles Samaran dans le Bulletin de l’école des Chartes, 1938) mais, il est vrai, que je n’ai pas trouvé de références précises sur la localisation actuelle de ces armes.
      Depuis plus de 100 ans, les historiens se disputent au sujet de la localisation de cette bataille. Pour ma part, me fondant sur des témoignages locaux, je pense qu’il y a eu 3 batailles et que la 3ème et dernière s’est passée près de Sainte-Maure de Touraine. Voir http://www.litteratur.fr/communes-de-touraine/les-batailles-de-poitiers/2/

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis