LA LOUÈRE

Ce toponyme, qui signifie « lieu où il y a des loups », apparaît pour la première fois en 1442 quand l’ancien château « composé de plusieurs pièces tant hautes que basses, à feu … », selon un aveu rendu en 1782 par « haute et puissante demoiselle Marie de Berland » est construit.

La Louère appartenait au 14ème siècle à Isabeau Gautier, mariée en 1393 avec Étienne du Cormier, seigneur de Bagneux (voir Bournan) puis à leur fille Marie du Cormier, dame de Bagneux, épouse de Guillaume I du Puy (1426-1460).

La Louère (carte postale)

Au 16ème siècle le fief appartenait à Pierre Berland, marié en 1585 avec Marie Rogier puis à leur fils Philibert Berland, marié en 1620 avec Françoise Rogier,  puis à leur fils Antoine Berland, puis à son fils : René I Berland (1670), époux de Nicole de la Bonninière, fille de Claude de la Bonninière, seigneur de Beaumont-la-Ronce, puis à leurs descendants : René II Berland (1700), René III Berland (1746) puis à la fille de ce dernier : Marie Louise Angélique de Berland.

Tombeau du comte de Charritte (église de Marcé)

On raconte que Charles Louis Borromée de Casamajor, comte de Charritte (1733-1815), fut blessé dans un accident de voiture à proximité du château, où il fut transporté et où il fit la connaissance de Marie de Berland qu’il épousa en 1784. Ils eurent sept enfants, qui moururent tous en bas-âge.

La Louère (mars 2014)

Après le décès de Marie de Berland, le comte de Charritte, officier de marine qui se distingua pendant la guerre d’Indépendance des États-Unis et qui termina sa carrière avec le grade de vice-amiral (voir l’église), épousa Marie Omer Théodore de Saint-Pol ; ils eurent une fille : Pauline de Charritte (1793-1867), qui, en 1810, se maria avec Ladislas de Chastenet de Puy-Ségur (1787-1844).

Le château appartint dès lors à la famille de Puy-Ségur, qui le reconstruisirent à la fin du 19ème siècle, gardant de l’ancien château  du 15ème siècle le donjon carré, couronné de mâchicoulis et muni de meurtrières ainsi que deux tours : une cylindrique au sud-ouest et une rectangulaire au nord-est, dans laquelle se trouvait la chapelle dont l’abside a été reconstruite.  

La Louère (photo d’A. Montoux)
La Louère (mars 2014)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis