LE PRIEURÉ

Non loin de l’église, du même côté, l’ancien prieuré de la bienheureuse Marie-Madeleine (15ème s.) est maintenant une belle demeure privée et rien n’y rappelle le meurtre du prieur. Il fut vendu comme bien national en 1791 et acquis par Pierre-Émery Forest, notaire à Nouâtre.

 

Cette affaire, dans laquelle fut impliqué le propriétaire du château de la Motte (voir page 9), est racontée très précisément par l’abbé Michel Bourdérioux (1902-1991) dans le Bulletin des Amis du Vieux Chinon (BAVC 6.7 1962).

 

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis