LES GAPIAUX. LA CHASSEIGNE. LE COUDRAY

Ces trois domaines se trouvaient dans l’ancienne paroisse de Ponçay.

Les Gapiaux : ce lieu-dit apparaît au 18ème sur la carte de Cassini. Il s’agissait d’un fief, comme le montre la présence d’un imposant pigeonnier. On sait en effet que seuls les biens nobles pouvaient avoir un pigeonnier (appelé fuye dans la région) et cette région de Marigny-Marmande est remarquable par la présence de très nombreux pigeonniers.

Les Gapiaux (janvier 2016)
Les Gapiaux (janvier 2016)

La Chasseigne : le nom de ce fief qui est maintenant à cheval sur les communes de Marigny-Marmande et de Pussigny, apparaît au 11ème siècle dans le cartulaire de l’abbaye de Noyers sous la forme « allodium de Chassania ou Cassania ». Cette citation précise que ce fief était un « alleu », c’est-à-dire qu’il était libre de tout droit féodaux. Un certain Jehan de la Chasseigne apparaît comme chanoine de l’église Notre-Dame-la-grande à Poitiers en 1337 et Jacques de Ferrou (1595-1663) est seigneur de Mondion et de la Chasseigne. Le manoir de ce fief appelé aujourd’hui « Le Colombier » a conservé un beau pigeonnier.

Le Colombier à la Chasseigne (janvier 2016)
Le Colombier à la Chasseigne (janvier 2016)

Le Coudray : ce toponyme, très répandu, figure sur la carte de Cassini. Le pigeonnier carré de ce manoir est coiffé d’un lanternon : petite construction, ici hexagonale, qui avait un aspect décoratif et qui souvent permettait l’entrée des pigeons.

Le Coudray (janvier 2016)
Le Coudray (janvier 2016)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis