Le nom de cette commune apparaît pour la première fois au 12ème siècle sous la forme Noviliacus ad Pontem Petrosum, signifiant « le domaine nouvellement défriché près du Pont de Pierre ». Il s’agit d’un pont sur l’Escotais et le domaine en question était peut-être celui de Thoriau, au nord-est du bourg (voir ci-après).

Ciseau poli néolithique (photo PCIL)
Ciseau poli néolithique (photo PCIL)

39 stations néolithiques ont été découvertes sur le territoire de cette commune, notamment à Cangé, Marcilly, Poillé (voir ci-après) et à La Bruyère, au nord-est du bourg, près de Thoriau ; cinq polissoirs mobiles y ont été trouvés.

Hache néolithique (photo PCIL)
Hache néolithique (photo PCIL)

Les collections de la SAT contiennent un biface paléolithique et d’autres outils néolithiques : ciseau, haches, nucléus, polissoirs. À propos de ces polissoirs Gérard Cordier écrit dans Polissoirs à main de l’Indre-et-Loire in BSPF 48-7.8, 1951 : « les deux petits polissoirs figurant au musée de la SAT pourraient être des polissoirs à main mais ils semblent plutôt n’être que des fragments d’un polissoir portatif plus gros ».

Polissoir néolithique (Photo PCIL)
Polissoir néolithique (Photo PCIL)

Le dolmen de Marcilly ou dolmen de Lucé (au nord-ouest du bourg) : voici ce qu’en dit le site Touraine Insolite : « Ce dolmen en grès mesure 330×350 centimètres, il est constitué de deux supports inclinés parallèlement, d’un fond incliné vers l’intérieur et d’une table de forme pentagonale encore en place. Un certain nombre d’outils taillés en silex ou en meulière ont été recueilli à proximité de ce monument. Une légende raconte, comme dans le Sud de la Touraine, que Gargantua aurait joué avec ce dolmen et le menhir de la Grange situé non loin de Marcilly (NB commune de Saint-Paterne-Racan). L’accès au site est facile mais passe obligatoirement par la ferme de Marcilly, qui se trouve à droite de la route départementale No 28, après être passé sous la ligne de chemin de fer par un petit pont. Il est conseillé de demander l’autorisation au propriétaire des lieux, qui est un personnage fort sympathique et artiste sculpteur. »

dolmen-marcilly01-19d20c0

Le lieu-dit la Dube (au nord-est du bourg) indique peut-être la présence d’un tumulus protohistorique ; en effet, selon Louis Dubreuil-Chambardel (voir Sur les mots « Dange » et « Dube » in BSPF 8.2, 1911), ce terme peut désigner, en Touraine, une butte naturelle ou artificielle.

Biface paléolithique (Photo PCIL)
Biface paléolithique (Photo PCIL)

Deux sites gallo-romains, avec des céramiques, des tuiles et des vestiges de murs formant un carré (fanum ?) ont été découverts au nord-est du bourg, de part et d’autre de l’Escotais, à côté de Thoriau, cité sous la forme Tauriacus ou « domaine de Taurius » chez Grégoire de Tours.

Nucléus (Photo PCIL)
Nucléus (Photo PCIL)

D’autres domaines existaient sans doute à Armilly (est) venant d’Armiliacus ou « domaine d’Armilius », à Cangé (nord-ouest), venant de Candidiacus ou « domaine de Candidius », à Marcilly (nord-ouest), venant de Marcilliacus ou « domaine de Marcilius » et à Poillé (sud-ouest), venant de Paulliacus ou « domaine de Paulius ».

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis