Il est dit généralement que le nom de cette commune apparaît pour la première fois en 845, dans les Actes de Charles II le Chauve, sous la forme Novus vicus, signifiant « nouvelle agglomération » mais il est maintenant admis que la Novivicensis  ecclesia : « l’église de la Nouvelle agglomération », citée par Grégoire de Tours dans le chapitre 31 de son Liber in gloria martyrium (Livre à la gloire des martyrs), désigne bien Neuvy-le-Roi.

Beaucoup d’informations de cette rubrique proviennent de Neuvy-le-Roi depuis ses origines jusqu’au 19ème siècle (RACF 37, 1998) d’Agata Poirot, qui a prospecté plusieurs années dans la région.

Trois sites paléolithiques, au nord de la commune, ont fourni des silex, un nucléus, une lame, un grattoir et un biface.

Hache polie (photo PCIL)
Hache polie (photo PCIL)

Une vingtaine de sites néolithiques, notamment à Mazy (nord-ouest) (voir ci-après) et à Valentinay (nord-est) (voir ci-après) ont permis de récolter des outils, des pointes de flèche et des céramiques, en particulier un gros tesson de la culture du Chambon et un fragment de céramique sigillée de Lezoux.

Le dolmen du Brouillard, au nord-ouest du bourg, dont la table en grès, qui mesurait 3 mètres, a sans doute servi de polissoir, se trouvait à 200 m. au sud-ouest de la ferme actuelle, près d’une source (sacrée ?) ; on y a trouvé des fragments de terre cuite portant des empreintes de tissus et des céramiques. Il a été détruit avant 1914.

Polissoir du Bois-du-Gué (photo JC Marquet)
Polissoir du Bois-du-Gué (photo JC Marquet)

Un ensemble mégalithique comprenant deux polissoirs fixes a été découvert en 1989 au lieu-dit les Bois-du-Gué, près du Moulin du Gué, au sud du bourg, dans la direction du Moulin-du-Bas-Racan. L’un, comprenant 5 rainures et une cuvette (ou 3 rainures et 3 cuvettes), permettait de polir les haches ; le second n’a qu’une seule cuvette. Voir BAMPGP 46, 1995 et Jean-Claude Marquet : La Préhistoire en Touraine.

Polissoir du Bois-du-Gué, détail (photo JC Marquet)
Polissoir du Bois-du-Gué, détail (photo JC Marquet)

Une vingtaine de sites gallo-romains, notamment des domaines agricoles, ont été repérés par prospection terrestre ou aérienne : au lieu-dit L’Oie (au sud-est du bourg), des tuiles et des briques ont été ramassées et des vestiges ont été vus par Jacques Dubois, à côté de puits funéraires ou de silos, découverts au 19ème siècle.

Des monnaies romaines ont été trouvées à La Tivinière (au nord-ouest), où le manoir du 16ème siècle, que nous avons pu visiter grâce à l’obligeance de la propriétaire, repose peut-être sur des fondations gallo-romaines.

La Tivinière (octobre 2011)
La Tivinière (octobre 2011)

Au lieu-dit Mazy (nord-ouest), venant de Masiacus ou « domaine de Masius », l’existence d’un domaine a été confirmée, au nord-est de l’habitation actuelle, par les photographies aériennes et des briques y ont été trouvées.

D’autres domaines existaient probablement à Sérigné (nord-est), venant de Sereniacus ou « domaine du Calme », à Vailly (nord-ouest), venant de Valliacus ou « domaine de Vallius » et à Valentinay (nord-est), venant de Valentiniacus ou « domaine de Valentinius ».

La voie gallo-romaine allant de Tournon Saint-Pierre au Mans traversait du sud ou nord le territoire de cette commune ; elle est aujourd’hui continuée par la D 2 qui passe par le Moulin du gué, La Thomassière, Le Château, puis par la D 58, qui traverse le bourg, où des dalles ont été vues sous l’actuelle rue Saint-André, au carrefour avec la D 68. Cette voie est ensuite probablement continuée par la D 33 qui va vers Épeigné-sur-Dême en passant par Valentinay et La Fontaine Saint-Martin.

Fontaine Saint-Martin (photo site internet)
Fontaine Saint-Martin (photo site internet)

Cette Fontaine Saint-Martin, située sur la D 33, à 5 km au nord du bourg et à la limite avec Épeigné-sur-Dême est probablement une ancienne source sacrée, qui a été christianisée ; elle avait la réputation de guérir les maladies des yeux ; elle a été surmontée d’un lavoir au 19ème siècle.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis