HISTOIRE

Le nom de Parçay apparaît pour la première fois au 11ème siècle, dans le cartulaire de l’abbaye de Cormery, sous la forme villa Parciaci, signifiant le domaine de Parcius (l’Avare).

Des silex taillés du paléolithique ont été trouvés près de Dorée (au sud du bourg), dont un coup de poing en amande (voir page 8).

Vestiges du néolithique :

Louis Dubreuil-Chambardel signale des outils en silex découvert dans le vallon du Ruisseau de Parçay, près de Chandres (sud-est) ; voir BAVC V.4, 1949.

Le Tilleul (mars 2013)
Le Tilleul (mars 2013)

Gérard Cordier signale un tranchet néolithique trouvé aux Savardières, près du Tilleul (sud-est) et un ciseau en silex noir de 14,2 cm de long (faisant partie de la collection du comte de Rilly) trouvé en avril 1938 au lieu-dit Le Pont aux Vaches (toponyme qui n’apparaît pas sur les cartes) non loin de Vaurayé (voir page 9) ; voir BAVC V.5, 1950.

Ciseau de Parçay-sur-Vienne (Gérard Cordier)
Ciseau de Parçay-sur-Vienne (Gérard Cordier)

Dans Mélanges offerts à Pierre Pétrequin (Presses Universitaires de Franche-Comté, 2014), l’archéologue de l’INRAP Yvan Pailler a écrit un article sur un dépôt de deux poignards en silex découverts à La Varenne (sud-est) ; ces poignards proviennent du Grand-Pressigny et le plus long mesure 28,5 cm de long ; ce sont des pièces neuves ou ayant peu servies, qui constituent soit une offrande, soit une cachette de colporteur.

Selon Louis Bousrez, il y avait sur la commune le lieu-dit La Grosse Borne, pouvant indiquer un mégalithe disparu mais ce lieu-dit n’apparaît pas sur les cartes.

Quelques restes du dolmen* de La Brèche peuvent encore être vus, à 400 m. à l’ouest du château de La Brèche, à droite de la route allant de la Prée à la Planche, un peu avant Chamorin, dans le petit bois en face de l’étang. Ce dolmen, qui était composé d’une table sur dix supports était encore visible en 1847.

Dolmen de la Brèche -mars 2013)
Dolmen de la Brèche -mars 2013)

Vestiges de l’âge du bronze et de l’âge du fer :

Un couteau à douille de l’âge du bronze, de 8,7 cm de long a été trouvé dans la Vienne, au Pont (nord-est) et Alain Ferdière, in Gallia 43-2, 1985, signale une applique de bronze, « qui semble antique » en forme de protomé (représentation de la tête et du poitrail d’animal) de taureau découverte dans Bois du Colombier (sud-ouest).

Protomé de bélier (musée de Madrid)
Protomé de bélier (musée de Madrid)

Au lieu-dit La Blissière (au sud-est), où ont été trouvés des outils néolithiques et un vase de l’âge du bronze, un établissement rural s’est installé pendant le premier âge du fer ou Hallstatt (-1 000/-450). Ce site de 2 hectares a été fouillé en 2006 par l’archéologue Jean-Philippe Baguenier (INRAP), qui y a découvert 60 trous de poteaux qui supportaient 6 greniers servant à stocker le fourrage, les céréales et les légumineuses ainsi que 51 fosses contenant de nombreux fragments de céramique : coupes, pots, gobelets, jattes, cruches, etc. (voir BSAT 52, 2006).

Vestiges gallo-romains :

Selon le Dictionnaire des Communes de Touraine, il y avait en bordure de Vienne un établissement gallo-romain, où ont été trouvés un tambour de colonne à décor de feuillage du 4ème siècle et un chapiteau corinthien mais cet ouvrage ne donne aucune précision, ni sur le lieu, ni sur les circonstances de cette découverte.

Selon différents témoignages, des vestiges de cette époque ont été vus dans le bourg, près de l’église (voir page 12) et à La Vinière (voir page 6).

Des domaines agricoles gallo-romains existaient sans doute à Migny (nord-ouest), venant de Magniacus ou « le Grand Domaine », où Phlippe Delauné a vu en 1984 un enclos circulaire protohistorique, et à Vinay (sud-est), venant de Viniacus ou « Domaine de Vinius ».

Migny (mars 2013)

La voie gallo-romaine qui longeait la rive gauche de la Vienne traversait cette commune du sud au nord et passait par Prézault, site occupé depuis le néolithique (voir page 14), Le Pont, La Saboterie, où une voie allait vers Mougon rive gauche (voir Crouzilles) et La Planche

La D 18 (mars 2013)
La D 18 avant la Saboterie (mars 2013)

Au moyen-âge, il y eut, à Parçay-sur-Vienne, une abbaye, mentionnée pour la première fois au 9ème siècle et l’abbé était  le seigneur de la paroisse mais après la disparition de cette abbaye (voir page 12) on trouve mentionnés comme seigneur de Parçay :  en 1666, N. Drouin de Champmorin, probablement de la même famille que Charles Drouin, seigneur de Champmorin, sénéchal de L’Île-Bouchard au 17ème siècle, puis en 1717 César du Rozel (voir Theneuil) et, en 1752, Charles Drouin, seigneur de Parçay et de la Brèche ainsi que de la Bellonière (voir Cravant). Le fils de ce dernier, Louis Charles Drouin, fut maire de Parçay au début du 19ème siècle (voir la Brèche page 11).

Le village des rois (mars 2013)

Il y avait aussi, à l’entrée de Parçay-sur-Vienne, le fief du Pont, situé sur l’Arceau, un petit affluent de la Vienne. Ce lieu est mentionné dès 1147, dans la charte 558 du Cartulaire de l’abbaye de Noyers, sous le nom de Pons Verris ; la métairie fut acquise en 1698 par Philippe Renault, marchand à Lièze (voir Chezelles) et en 1737, elle appartenait à Pierre Renaud, écuyer, huissier de la chambre de la duchesse de Berry.

Anciens fours à chaux (juin 2013)

Au 19ème siècle, deux fours à chaux furent installés à Dorée et il y eut jusqu’à six fours produisant de la chaux hydraulique pour la construction mais aussi pour l’amendement des terres ainsi que des briques agglomérées ; une ligne à voie étroite permettait de transporter les produits jusqu’au bourg. La production dura jusqu’en 1929.

Laiterie de Parçay (mars 2013)

Au 20ème siècle, une laiterie coopérative fut mise en place avec des installations très modernes pour l’époque. La cheminée en briques porte la date de 1938. Cette laiterie fonctionna jusqu’en 1976.

4 ont commenté “Parçay-sur-Vienne

  • guy JOUTEUX a écrit le :

    Bonjour,
    Pour le musée du bouchardais, nous recherchons des informations sur les origines et l’histoire de la laiterie
    de Parcay sur vienne.
    Si vous aviez aussi d’autres pistes ou infos sur les laiteries de ANCHE et de CRAVANT LES COTEAUX, nous serions ravis
    Guy JOUTEUX
    Président de l’association LES AMIS DU MUSEE DU BOUCHARDAIS
    Merci d’avance

    Répondre
    • a écrit le :

      Je crains de ne pouvoir vous être d’aucune aide.
      Tout ce que je sais sur la laiterie de Parçay-sur-Vienne est sur mon site et je n’ai pas d’information, ni sur la laiterie d’Anché, ni sur celle de Cravant.
      Désolé !

  • Philippe Dien a écrit le :

    Bonjour Monsieur Danquigny,
    Une référence concernant la Derouetterie forme du 16e siècle que l’on nommera plus tard la Drouettrerie se trouve dans la même nomination que la Derouetterie après 1501 près d’Avoines et le fief de vélort.
    ma question est simple. Connaissez-vous les propriétaires actuels de cette ancienne demeurance?
    Bien à vous
    Philippe Dien-Jahan

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis