Le nom de cette commune près de Loches apparaît pour la première fois en 856 dans le cartulaire de l’abbaye de Cormery sous la forme Petrucius, signifiant « terrain pierreux ».

Pointes de flèches de Fère-en-Tardenois. Collection Edmond Vielle. (Grandeur naturelle.)
Pointes de flèches de Fère-en-Tardenois. Collection Edmond Vielle. (Grandeur naturelle.)

Le site de La Blancharderie (nord-est) : voir Gérard Cordier : la station tardénoise de La Blancharderie, in BSPF, 61. ET2, 1964. De très nombreux artefacts y ont été trouvés, dont 162 nucléus, 141 grattoirs et 50 micro-burins ; des microlithes géométriques (pointes de flèches et armatures de faucilles notamment) ont conduit à classer ce site parmi ceux du Tardénoisien : civilisation mésolithique de chasseurs-pêcheurs très habiles dans l’art de tailler des microlithes.

Station de la Blancharderie. 1, 2, 3, 8, 9, pointes du Tardenois ; 4 à 7, pointes de Sonchamp ; 10 à 52, microburins ; 53, 57 à 59, lames sectionnées avec coche ; 54, 55, 56, 61, 62, 68, microlithes à retouche (dessin Gérard Cordier)
Station de la Blancharderie. 1, 2, 3, 8, 9, pointes du Tardenois ; 4 à 7, pointes de Sonchamp ; 10 à 52, microburins ; 53, 57 à 59, lames sectionnées avec coche ; 54, 55, 56, 61, 62, 68, microlithes à retouche (dessin Gérard Cordier)

Aux Pierres Levées (sud-ouest), il y avait un dolmen, détruit vers 1830, dont il reste quelques pierres en poudingue et sans doute aussi une carrière néolithique.

Armatures de faucilles de Perrusson (dessin Gérard Cordier)
Armatures de faucilles de Perrusson (dessin Gérard Cordier)

Voir aussi Jean Claude Yvard : un vase antique à Perrusson : BSAGP 17, 1966.

Il y eu probablement une agglomération gallo-romaine comme en témoignent les tessons de poteries communes et sigillées des 1er et 2ème siècle après JC découverts en 1973 lors de la réfection du pavement de l’église ainsi qu’un tambour de colonne transformé en bénitier dans le chœur et deux pierres sculptées se trouvant à l’extérieur, à droite de l’entrée.

Pierres sculptées de l'église (octobre 2011)
Pierres sculptées de l’église (octobre 2011)

Ces pierres, décorées d’une rosace, d’un bouclier et d’un casque seraient, selon Gérard Fleury, « un morceau de tombeau antique » mais il pourrait aussi s’agir d’une partie du linteau d’un temple qui aurait précédé l’église primitive, du 6ème siècle, dans laquelle plusieurs nobles mérovingiens y ont laissé six sarcophages, dont celui d’une femme de l’aristocratie contenant un diadème brodé de fils d’or et une fiole en verre piriforme.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis