ÉGLISE SAINT-MARTIN

En arrivant à Ports, on voit l’église Saint-Martin ou, plus exactement, église de la Translation-de-saint-Martin, église romane construite au 11ème siècle et reconstruite au 15ème siècle ; elle a gardé du premier édifice son abside en cul-de-four et une partie de sa nef dont les murs sont réalisés en petit appareil. L’ancien clocher peigne (analogue à celui de Noyers) a été prolongé par une construction recouvertes d’ardoises. Cette église est fermée pour la visiter s’adresser à la mairie. 

On peut voir à l’intérieur de l’église, une plaque d’ardoise sur laquelle est gravé un sonnet en l’honneur de Claude de Villars, épouse de Jacques Deffray, sieur de la Boutière, (voir page 8), qui fut inhumée dans l’église en 1655.

18 09 15AG

Voici la transcription de ce poème avec une orthographe modernisée :

Si d’un ardent désir, aimer la piété, (avec une diérèse sur pi-é-té)

Ayant empreinte au cœur, de Dieu la vive image ;

Chastement révérer le sacré mariage ; (avec une diérèse sur mari-a-ge)

Fuir le monde au monde, fuir la vanité ; (avec une diérèse sur le second fu-ir)

 

Si la douceur des mœurs, l’honneur, l’intégrité,

Eussent pu de la mort adoucir le courage,

Cette femme, passant, quoiqu’avancée en âge, (elle avait 61 ans)

N’eût si tôt vu ses jours le terme limité. (de ses jours ?)

 

Son esprit, qui toujours élevait sa pensée,

Vers le ciel, par mépris, notre terre a laissée

Et d’un amour divin, vers son Dieu va courir,

 

Laissant à son époux les soupirs et les plaintes

Et le doux souvenir de ses actions saintes (avec un mot fautif gratté)

Pour patron de bien vivre et saintement mourir.

18 09 15AC

On peut également voir un curieux vitrail de Lux Fournier, malheureusement mutilé par une ancienne construction intempestive, sur lequel est inscrit les noms des habitants de Ports, tués pendant la 1ère guerre mondiale.

18 09 15AI

Notons enfin qu’un beau reliquaire contenant des reliques de Saint Martin et datant du 19ème siècle vient d’être restauré et placé dans l’église.

Une personne a commenté “Ports-sur-Vienne

  • Friedolin Reske a écrit le :

    J’ai fait la connaissance de l’Atelier de la Martinerie en 1959. Les trois amies (elles ne sont pas soeurs) avaient montée leur atelier dans le petit hameau de Luzillé en Touraine. Un peu plus tard elles s’installèrent dans la Vieille Prieuré de Villeloin-Coulanger, propriété du comte de Montrésor. Voyant qu’elles avaient soigneusement refait la bâtisse, le comte augmentait le loyer. Fin des années soixante mes amies achetaient le château de Hauteclaire. Alors ce n’est pas en 1956!

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis