CHENEVELLES

Près de là, dans le hameau de Chenevelles (du latin canabis = chanvre), il y avait un prieuré dépendant de l’abbaye de Noyers  ainsi qu’un moulin, sans doute destiné à assouplir les fibres de chanvre, cultivé dans la région comme l’indique le toponyme.

Au bord de la Vienne, à 300 m. au nord de Chenevelles, au pied d’un grand chêne se trouve La Pierre Levée : dolmen enterré qui fut signalé pour la première fois en 1842 par l’abbé Jean-Jacques Bourassé comme les débris d’un gigantesque dolmen, dont les deux pierres principales mesuraient 6 x 3,10 mètres et 6,25 x 4 mètres. D’après Louis Bousrez, la plus grande partie de ces pierres a été employée pour le pont de Pouzay. Il est aujourd’hui presque entièrement enterré mais un ancien habitant de Talvois se souvient être passé sous ce dolmen quand il était enfant.

On a trouvé près de ce dolmen des fragments de poignards, de lames et de polissoirs ainsi que des pointes de flèches et 3 haches, dont une micro-hache de 4 cm en dolérite (roche éruptive, dure et massive, de teinte verdâtre).

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis