SAUVAGE

 

Avant d’arriver à Pussigny, quand on vient de Ports-sur-Vienne, on laisse, à gauche, une route qui conduit à Port-de-Piles puis on trouve, à droite, une route allant au hameau de Sauvage ; juste en face de cette route, le moulin Bertaut, sur la Veude de Ponçay, est déjà cité dans le cartulaire de l’abbaye de Noyers sous le nom de « moulin Brethel » (charte 176 de 1089). Sauvage est dominé par une colline appelée, sans que l’on sache exactement pourquoi le château d’Amirette ; on a supposé qu’il y eut là une station préhistorique puis un oppidum gaulois puis un château féodal mais les preuves manquent, même si d’agréables promenades dans la forêt qui couvre cette colline permettent de voir çà et là des grottes et de vieilles pierres plus ou moins taillées.

Quoi qu’il en soit, Sauvage, où il y avait déjà un prieuré au 12ème siècle (selon la charte 545 du cartulaire de Noyers) (voir photo ci-dessus) présente plusieurs anciennes maisons dignes d’intérêt. 

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis