BOIS ROND et DOULX

Si, après le centre de Pussigny, on prend, à droite, une route qui monte vers le château d’eau qui, évidemment, est sur le point culminant de la commune (114 mètres), on rencontre d’abord une route à droite conduisant au domaine de Bois-Rond, qui produit un fromage de chèvre appelé la buche de Pussigny  ; on ne peut pas manquer cette route signalée par une chèvre géante.

En continuant sur cette route, on passe d’abord à la Robinière puis à Vaugault et l’on trouve ensuite une route à gauche conduisant au hameau de Doulx. Ce petit hameau, dont le nom s’écrit Doux, Doue ou Doulx aurait succédé à une villa gallo-romaine appelée Dola villa selon le cartulaire de Noyers (charte 479 de 1050). Son nom viendrait du latin dux, signifiant source ou conduit d’eau. Jusqu’en 1825 il faisait partie de la commune d’Antogny-le-Tillac.

Ce lieu-dit est surtout connu aujourd’hui par son dolmen appelé la Pierre-Levée. C’est un dolmen circulaire dont la table, de 3,40 mètres de longueur,  est inclinée vers l’ouest et supportée par six piliers rangés en cercle. Il est entouré d’une ceinture de pierres presque complètement enfoncées dans le sol. À l’origine, comme c’était généralement le cas, ce dolmen était recouvert d’un tumulus dont il reste des traces. Les fouilles ont fourni des silex taillés, du bronze et des ossements, dont des cranes brachycéphales.Il existait aussi un menhir, détruit entre 1894 et 1923 ; il était situé près de la ferme de Doulx, peut-être près de l’endroit où une ancienne pancarte de bois indique « calvaire de Doux ».

Les travaux de la LGV Tours-Bordeaux ont mis à jour, près de ce dolmen, un site très important avec la plus grande nécropole néolithique de France, une nécropole gauloise et un temple gallo-romain (voir ici).

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis