Histoire

L’origine du toponyme Razines n’est pas connue exactement. Selon Denis Jeanson il viendrait de Ratsinna, nom de personne d’origine germanique mais, selon Wikipedia, ce nom est issu du mot gaulois ratis, signifiant la « fougère », avec un suffixe diminutif –ina qu’il faut interpréter non pas comme une « petite fougère » mais un « petit lieu où pousse la fougère ». Sans parler de l’hypothèse selon laquelle, à la veille de la bataille de Poitiers, en 732, les Sarrasins seraient venus camper à Razines avec leurs chevaux, attirés par l’abondance et la pureté des eaux vives qui y jaillissaient un peu partout. Ils auraient baptisé l’endroit « Ras el-Aïn », le « pays des sources », qui aurait donné « Razines ». Cette hypothèse est sans doute fausse mais l’installation des troupe d’Abd-er-Rahmane à Razines n’est peut-être pas fausse (voir ici).

Vue générale (avril 2016)
Vue générale (avril 2016)

Le site fut occupé à l’époque gallo-romaine avec notamment un temple situé dans le bois de Saint-Gilles (voir ci-après), près d’une voie romaine qui allait de Nouâtre à Saint-Jean-de-Sauves (dans la Vienne) : deux cités gallo-romaines à cette époque.

Ancienne voie gallo-romaine (avril 2016)
Ancienne voie gallo-romaine (avril 2016)

Il y avait aussi plusieurs domaines agricoles gallo-romains comme l’indiquent les toponymes suivants :

Chargé du gallo-romain Carradiacum ou domaine de Carradius.

Milly du gallo-romain Milliacum ou domaine de Millius (patronyme gaulois).

Rigny du gallo-romain Reginiacum ou domaine de Reginius (patronyme gaulois).

Rigny (avril 2016)
Rigny (avril 2016)

Le nom de Razines apparaît pour la première fois en 1062 dans la charte 25 du cartulaire de Noyers, où « l’église de Razines » est citée.

La charte 127 de 1085 dit que Brice du Chillou (voir Jaulnay et Luzé) donna à Noyers du bois pour « la maison de Razines ». Cette maison était probablement un prieuré car la charte 224, de 1093, parle d’Odon, moine « en obédience à Razines ».

La charte 190 de 1090 indique qu’Araud de Pont donna à Noyers « six deniers de cens à Razines et des terres à la Croix de Béatrice ».

La charte 342 de 1106 précise que Raoul des Fourneaux (Voir Champigny-sur-Veude et La Tour Saint-Gélin) donna à Noyers une terre située à Razines près du ruisseau appelé « Rivus marinus ».

Vue générale (avril 2016)
Vue générale (avril 2016)

Le premier seigneur connu est Gilles Dubois, cité en 1550, qui était également seigneur du Clos-Blanchet à Faye-la-Vineuse. Un François Dubois (son fils ?) est cité comme seigneur de Razines en 1556.

La seigneurie de Razines passa ensuite à la famille de Gréaulme, branche cadette de la famille écossaise de Graham qui s’installa en Normandie au 15ème siècle, par le mariage avec Anne Dubois, en 1556, de Martin de Gréaulme, descendant de Bertrand de Gréaulme, membre de la garde écossaise de Charles VII, qui avait épousé Catherine Gorron, fille d’Étienne Gorron, seigneur de la Goronnière à Antogny-le-Tillac.

Leur fils Jacques de Gréaulme, seigneur de Razines, épousa en 1599 Simone d’Issandreau et leur fille Jacquette de Gréaulme fut dame de Razines en 1686. Elle avait épousé en 1680 Georges de la Viallière, seigneur de Rigny (voir ci-après).

Au 18ème siècle, le seigneur de Razines était Joseph Poirier de la Tour ou de la Ripaudière, Président en l’élection de Richelieu de 1748 à 1776, fils de Bertrand Poirier des Bournais (1665-1735), sénéchal de Champigny-sur-Veude.

Nouvelle église de Razines (avril 2016)
Nouvelle église de Razines (avril 2016)

En 1860, le préfet d’Indre-et-Loire estima que Razines était bien trop pauvre pour bénéficier encore du statut de commune, et décida que l’espace communal devait être divisé en trois et rattaché aux communes voisines. Pour sauver le village, un des concitoyens, le docteur Paulin Archimbault, fit construire à ses frais une église, un presbytère ainsi qu’une école. Le restant des villageois offrit une mairie à la commune. Et c’est ainsi qu’en 1861, la commune fut sauvée.

Le territoire de Razines est traversé par la Veude, qui faisait fonctionner plusieurs moulins, comme le moulin du Pont ou le moulin Giraud.

Le centre-bourg a été complètement rénové en 2015.

4 ont commenté “Razines

  • Celine a écrit le :

    Bonjour
    Je viens de lire vos articles sur Razines. Lecture très intéressante. J’avais commencé à faire des recherches mais uniquement sur internet. Etant une novice en recherches historiques, je ne savais pas où aller pour trouver l’histoire de mon village.
    Avez vous des informations sur le Moulin des Planches ? Et sur le lieu-dit Le Puits Guibaux (que tout le monde appelle le Pré Thibaut, mais on ne sait pourquoi) ?
    Merci d’avance.

    Répondre
  • a écrit le :

    Dans les notes historiques de l’abbé E.Gauffreteau sur Magné, Nous trouvons un Briand de Razines, Ecuyer qui en 1479 vend une seigneurie à Magné (86) à Jean de Blom seigneur de Ressonneau et de Beaulieu.Cela vous parlerais-t’il?
    Bien cordialement
    A-G. Lainé

    https://gw.geneanet.org/allaine_f?lang=fr

    Répondre
  • PHILIPPE BALLAUX a écrit le :

    Cher Monsieur,

    Soyez remercié pour ces informations intéressantes. N’hésitez pas à nous rendre visite à Chargé (nous y avons une excellente Table ! :-) cf. http://www.chateaudecharge.com
    Bien cordialement,
    Philippe BALLAUX

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis