LE CENTRE-BOURG 

Église Saint-Épain (septembre 2009)
Église Saint-Épain (septembre 2009)

L’église de la commune, dédiée à Saint Épain, fut construite au 12ème siècle, en remplacement d’une église antérieure, citée au 8ème siècle. Elle fut agrandie et modifiée dans les siècles suivants. Derrière et sur le côté de l’église, s’étend la Grand-Cour, dominée par une gargouille, qui, dit-on, représente un des curés de Saint-Épain. C’est là, probablement, que se jouaient les « diableries » dont parle Rabelais dans Le quart livre, chapitre 13, qui, dit-il, étaient aussi célèbres que celles d’Angers ou de Poitiers. À la différence des « mystères » ou  des « miracles », qui étaient des spectacles religieux, les « diableries » étaient un spectacle populaire,  souvent comique ou grossier, qui mettait en scène le diable et ses acolytes.

 

La Grand-cour (septembre 2009)
La Grand-cour (septembre 2009)

Derrière l’église se trouvent les vestiges des fortifications de la ville : la Prévôté ou résidence du Prévôt, qui administrait la commune au nom des chanoines de Saint-Martin, avec son porche, surmonté d’un hourd (galerie en encorbellement et à colombage) et son châtelet, système de défense qui protégeait cette entrée principale de la ville. 

porche de la prévôté (15ème) 04 copie

Le Porche de la Prévôté (septembre 2009)
Le Porche de la Prévôté (septembre 2009)
Le châtelet (septembre 2009)
Le châtelet (septembre 2009)

Un peu plus loin, derrière, se trouve le cimetière dans lequel on peut voir un chemin de croix monumental ainsi que le tombeau familial de la famille Artur de la Villarmois, propriétaire du château de Montgoger au 19ème siècle.

Chemin de croix du cimetière (janvier 2016)
Chemin de croix du cimetière (janvier 2016)

Devant l’église, une maison du 16ème siècle, avec une échauguette et une tour hexagonale est appelée « la maison du prieur » mais, avant le 19ème siècle, aucun document ne parle de ce bâtiment, qui est mentionné pour la première fois dans un acte datant de l’an XIII (1804/1805) et n’indiquant pas d’origine de propriété.

 

Maison du 16ème siècle (janvier 2016)
Échauguette de la Maison du 16ème siècle (janvier 2016)
Maison du 16ème siècle (janvier 2016)
Tour hexagonale de la Maison du 16ème siècle (janvier 2016)

Plus bas, au n°66 de la Grand-Rue, la maison dite des angelots date du 15ème siècle ; elle a été ainsi nommée en raison d’un motif sculpté, qui n’est visible que de l’intérieur de la demeure. C’était vers 1920 une auberge à l’enseigne du Cheval gris.

Maison des angelots (janvier 2016)
Maison des angelots (janvier 2016)

En prenant, en face de l’église, la rue des fontaines, on arrive à un beau plan d’eau près duquel se trouve le lavoir des fontaines, entièrement clos.

 

Lavoir des fontaines (janvier 2016)
Lavoir des fontaines (janvier 2016)
Plan d'eau (janvier 2016)
Plan d’eau (janvier 2016)

Une personne a commenté “Saint-Epain

  • pmd a écrit le :

    Quatre villae gallo-romaines se trouvaient sur le territoire actuel de Saint-Épain :
    Épeigné de Spaniacum = domaine de l’Espagnol
    Le Biré de Burriacum = domaine du Rouquin
    Peigné de Paniacum = domaine du Pain
    Vrillé d’Apriliacum = domaine de Celui qui est né en avril

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis