MONTGOGER

En face de la Deniserie se trouvent les tristes ruines du château de Montgoger. Ce fief, que l’on trouve aussi avec les orthographes Montgauger, Mongauger ou Mongoger, est cité en 1290 sous la forme Mons Gaugerii (la colline de Gaugerius) dans le cartulaire de l’évêché de Tours. Son premier seigneur connu est Philippe de Montgauger, dont la fille épousa Hugues II de Sainte-Maure. Les seigneurs de Sainte-Maure le conservèrent jusqu’à la fin du 15ème siècle.

Le château avant les incendies (CP)
Le château avant le premier incendie (CP)
Le château, après le 1er incendie (merci à Tourainissime)
Le château, après le 1er incendie (merci à Tourainissime)

Par la suite les propriétaires furent François de Baraton, époux d’Antoinette de Sainte-Maure et grand échanson de François 1er, puis Louis Bourgeois, médecin de François 1er et d’Henri II, qui l’avait acheté en 1544. Au 18ème siècle, il appartenait au duc César Gabriel de Choiseul-Praslin (1712-1785), ministre de Louis XV, petit-fils, par sa mère, de Gabriel Henri de Beauvau, comte de Crissé et seigneur de Montgauger. Le château « l’une des plus belles maisons de notre royaume », selon Louis XIII, abrita vraisemblablement  des faux-monnayeurs à la fin de l’ancien régime.

Janvier 2016
Janvier 2016 (vu de la D21)

Au 19ème siècle, il appartenait à Martial Hippolyte Artur de la Villarmois (1777-1856), descendant, par sa mère des Choiseul-Praslin et ancien officier de marine de Louis XVI, dont le tombeau familial se trouve dans le cimetière de la commune.

Vu de l'Homelaye (janvier 2016)
Vu de l’Homelaye (janvier 2016)

Le château brûla une première fois en 1883, puis une seconde fois en 1843, alors que l’aile encore habitable avait été réquisitionnée par l’armée allemande.

Tour nord (janvier 2016)
Tour nord (janvier 2016)

Outre les ruines du château, qui ne peuvent être visitées, il reste aujourd’hui, au nord, la grosse tour ronde de l’ancien châtelet d’entrée, qui, à l’origine, était une tour d’angle du couvent de l’Homelaye (voir ci-après).

la Porte neuve (CP)
la Porte neuve (CP)

De l’autre côté, au lieu-dit la Nouvelle Porte, le châtelet d’entrée du 16ème siècle, avec deux tours rondes encadrant le porche, a encore fière allure.

 

la Porte neuve (janvier 2016)
la Porte neuve (janvier 2016)

Une personne a commenté “Saint-Epain

  • pmd a écrit le :

    Quatre villae gallo-romaines se trouvaient sur le territoire actuel de Saint-Épain :
    Épeigné de Spaniacum = domaine de l’Espagnol
    Le Biré de Burriacum = domaine du Rouquin
    Peigné de Paniacum = domaine du Pain
    Vrillé d’Apriliacum = domaine de Celui qui est né en avril

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis