LE BOURG

Au centre de la commune, l’église Sainte-Catherine, fut construite au 15ème siècle par le cardinal Hélie de Bourdeilles, archevêque de Tours, après l’incendie de l’ancienne chapelle en 1440. Très dégradée après la Révolution, elle fut restaurée au 19ème siècle, grâce notamment à l’abbé Bourassé, président de la Société Archéologique de Touraine, et Prosper Mérimée, qui était alors président du Comité des monuments historiques ; de nouveau restaurée récemment, elle a maintenant retrouvée sa splendeur d’autrefois.

 

On peut voir à l’intérieur des armoiries peintes sur les clés de voute, comme celles de Charles VIII (d’azur aux trois hermines de sable), d’Hélie de Bourdeilles et de Brian de Comacre (d’azur à trois pennons d’or) ainsi qu’une ancienne statue de sainte Catherine, qui fut cachée sous les combles de l’église au moment de la Révolution puis retrouvée au 19ème siècle, lors de la restauration (voir ci-dessus) ; c’est aussi à cette époque que fut installé le confessionnal en bois de style néogothique.

     

À gauche de l’église, la maison dite du dauphin date aussi du 15ème siècle et elle porterait ce nom parce que Charles VII y aurait logé quand il n’était encore que le dauphin de France ; à la fin du 15ème s. elle appartenait  à Jean d’Estouteville (mort en 1494), qui avait épousé Françoise de la Rochefoucauld, fille du seigneur de Sainte-Maure : Aymar de la Rochefoucauld (mort en 1455) ; Elle se distingue par quatre fenêtres à croisillons et par une porte basse en accolade ; on peut aussi remarquer des dragons ailés sur les pignons et dans une cour, à l’est, un ancien puits avec une margelle monolithe et une tête sculptée. Elle a été entièrement restaurée en 2007.

 

Dans la rue Boucicault, en face de l’église, l’ancienne aumônerie abrite aujourd’hui la mairie ; ce fut au départ un hospice comprenant trois dortoirs, dont un pour les pauvres, avec une chapelle et un cimetière fondé en 1415 par Jean II le Meingre (voir ci-dessus) pour héberger les pèlerins qui, allant à Saint-Jacques de Compostelle, faisaient halte à Sainte-Catherine ; les bâtiments actuels sont ceux qu’Hélie de Bourdeilles fit reconstruire en même temps que l’église. L’ancienne chapelle dédiée à saint Jacques de Compostelle, servit ensuite de presbytère, et est occupée actuellement par la bibliothèque. On y voit encore une petite statue de Sainte Catherine dans le contrefort qui borde la route.

   

On peut également voir, derrière l’église, le monument aux morts avec un coq gaulois et dans le prolongement de la rue du stade, en remontant vers la D910, au lieu-dit Bel-Air, un ancien lavoir dans lequel nagent de nombreux poissons.

 

Une personne a commenté “Sainte-Catherine-de-Fierbois

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis