RUES DU MOULIN, AUGUSTE CHEVALLIER et DU DOCTEUR PATRY

À l’intérieur du bourg, l’ancienne voie gallo-romaine, continuée par une route médiévale, est encore bien marquée dans le paysage urbain ; elle entrait dans la ville par la porte du moulin, situé dans l’actuelle rue du moulin, où il y avait un moulin sur la Manse : on peut encore y voir un ancien pont et une ancienne pierrée.

 

Elle se continuait par la rue Auguste Chevallier, (maire de Sainte-Maure de 1869 à 1884), nom donné à ce qui était auparavant une portion de la rue du moulin.

On peut y voir, au n°32, une ancienne maison à pans de bois (ci-dessus) et, au n°2, un ancien hôtel particulier du 16ème siècle, qui présente, au-dessus de la porte, trois blasons avec les lettres I.E. L.E. et C.E. C’était, selon certains, l’hôtel d’Estouteville et/ou, selon d’autres, l’ancienne maison de joie des seigneurs, qui aurait eu un passage souterrain avec le château.

 

Cette rue Auguste Chevallier se prolonge par la rue du docteur Patry (maire de Sainte-Maure de 1885 à 1894). On peut y voir quand on la remonte :

Au n°10, une ancienne maison forte du 15ème siècle.

 

Au n°24, une ancienne maison à pans de bois qui a gardé l’emplacement de l’échoppe d’un commerçant.

 

Au n°34, le passage du rempart qui conduisait à une poterne permettant d’accéder au château.

 

Au n°67 (à gauche) un passage menant vers l’extérieur de l’agglomération. Au n°52, à l’angle de la rue des douves, l’ancienne auberge de la belle image, où, comme l’indique une inscription, on pouvait trouver « bon vin » et « bon logis » et qui abrite maintenant le centre des finances publiques. Au n°56, un autre passage conduisant vers une placette où se trouve l’entrée des souterrains de Sainte-Maure. Au n°105 (à gauche) un autre passage conduisant vers l’extérieur de l’agglomération. Ces nombreux passages montrent bien que cette rue occupait l’espace entre les murailles.

 

La rue du docteur Patry se prolonge par l’impasse du ha-ha, qui au moyen-âge n’était pas une impasse et au bout de laquelle il y avait une porte qui ouvrait sur la route de Sainte-Catherine.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis