LE PRIEURÉ SAINT-MESMIN

Si, au bout de la rue du moulin, on prend, à gauche quand on monte, la rue de Loches, on peut voir, à l’angle de la rue Saint-Mesmin, l’ancien prieuré Saint-Mesmin, fondé vers 1060 par Hugues 1er de Sainte-Maure comme l’indique la charte 334 du cartulaire de l’abbaye Saint-Mesmin de Micy, que Martin-Tiffeneau a traduite et dont voici un extrait « Comme la vie présente est de très courte durée, il convient que chacun ait devant les yeux l’heure de sa mort et songe à la sentence du juge souverain qui pèsera les actions de chaque jour. (…) C’est pourquoi, moi Hugues, par la grâce de Dieu et mon droit héréditaire, seigneur et maître du château de Sainte-Maure (…) j’accorde et abandonne à perpétuité [à l’abbaye Saint-Mesmin de Micy] la possession et la jouissance (…) d’une étendue de terre près de mon château de Sainte-Maure, à prendre depuis son fossé [actuelle rue Auguste Chevallier] jusqu’au ruisseau qui coule au-dessous [la Manse] (…) à la condition qu’ils enverront quelques moines pour y élever une église en l’honneur du souverain Dieu et de son pieux confesseur Mesmin (…) »

 

Au 13ème siècle, le prieuré était devenu une paroisse autonome avec une église, dont il reste quelques beaux vestiges en mauvais état, et un cimetière autour de l’église. Il fut vendu à un particulier en 1793 en tant que bien national. On peut noter qu’un autre prieuré, dont il ne reste rien, fut aussi fondé par Hugues 1er de Sainte-Maure ; ce prieuré Saint-Michel était au nord de la ville, actuellement place Saint-Michel, près du cimetière.

 

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis