Le bourg 

Le bourg de Tauxigny comprend deux parties : le centre bourg, où se trouvent l’église et le prieuré, ainsi que le lavoir, d’une part, la rue Haute, d’autre part, avec de vieilles maisons et l’ancienne chapelle Notre-Dame de la Pitié.

Le Centre-Bourg

L’église Saint-Martin, construite au 12ème siècle (le clocher) a été modifiée au 15ème siècle (le chœur rectangulaire à chevet plat et son transept), puis la façade et la nef ont été reconstruites au 19ème siècle. Cette église remplace celle édifiée en 998 par Thibault, abbé de Cormery. À la fin du 15ème siècle, l’église se dota de deux chapelles : celle de Sainte Barbe dans le collatéral nord nouvellement construit vers 1450, et la chapelle Sainte Madeleine où est inhumé André Béguin, curé qui l’a fondée.

Église Saint-Martin (sept. 2017)
Église Saint-Martin (sept. 2017)

Plusieurs maîtres-verriers sont intervenus sur l’église de Tauxigny : Julien Léopold Lobin pour les vitraux du chœur, Amand Clément, natif de Chédigny, élève du précédent, pour ceux du collatéral et Lux Fournier pour le collatéral nord.

Le tabernacle en bois doré date du 18ème siècle. La clef de voûte du chœur porte, je ne sais pourquoi, les armoiries des Châteaumeillant, d’argent à trois bandes rouges.

Le presbytère a été acquis par la commune et transformé en bâtiment destiné aux associations (centre aéré, accueil des jeunes, salle pour les associations). Son jardin est traversé par la collecte de fontaines qui sont captées et qui circulent à travers le bourg, en passant par le lavoir. A l’angle du jardin, on observe les restes d’une ancienne tour qui marquait l’enceinte du prieuré.

Ancien presbytère (sept. 2017)
Ancien presbytère (sept. 2017)

De l’ancien prieuré, il reste une haute bâtisse du 15ème siècle actuellement occupée par une boulangerie. Le pignon qui domine la ruelle conserve une fenêtre à meneaux. Ce prieuré, fut supprimé en 1716 par l’archevêque Mathieu Ysoré d’Hervault, et remis au Petit Séminaire de Tours qui le conservera jusqu’à la Révolution. Une tourelle abrite un escalier circulaire sur la façade arrière.

L'ancien prieuré (sept. 2017)
L’ancien prieuré (sept. 2017)

Le lavoir (à l’angle de la rue du vieux lavoir et de l’impasse des douves) a été construit dans la seconde moitié du 19ème siècle suite à l’application de la loi du 3 février 1851 qui octroyait une subvention de 30% pour la construction de lavoirs publics dans un souci d’hygiène.

Le lavoir (sept. 2017)
Le lavoir (sept. 2017)

Ce lavoir, alimenté par les sources du coteau, captées au niveau de la maison des Sources, comporte deux bassins : le rinçoir en amont, le lavoir proprement dit en aval, ainsi qu’une cheminée permettant de faire bouillir le linge. Il a été restauré en 1982 par un groupe de bénévoles.

La rue Haute :

Cette rue, qui domine le centre-bourg, est intéressante par ses vieilles maisons, son ancien puits et une chapelle du 15ème siècle, transformée en habitation.

Maison de la rue Haute (sept. 2017)
Maison de la rue Haute (sept. 2017)

L’ancienne Chapelle Notre Dame de Pitié a été érigée en 1480 par Pierre Sauvage, religieux de Cormery et prieur de Tauxigny puis convertie en habitation au 18ème siècle ; elle se composait d’une nef rectangulaire à deux croisées d’ogives, flanquée, au nord-ouest, d’une tour hexagonale contenant une vis de pierre et permettant l’accès à une loggia située au-dessus de la porte d’entrée, au-dessus de laquelle se trouvait un petit bas-relief représentant une Vierge à l’Enfant, entourée de trois croissants, le tout inscrit dans une étoile stylisée : ex-voto commémorant la bataille de Lépante, le 7 octobre 1571, victoire de la flotte de la Sainte Ligue du Pape Pie V sur la flotte de l’Empire Ottoman.

Notre-Dame de la Pitié (sept. 2017)
Notre-Dame de la Pitié (sept. 2017)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis