Pont-Long et la Trévaudière

Pont-Long : manoir du 17ème siècle, de plan rectangulaire, prolongé au sud-ouest par un pavillon, avec pigeonnier en ruines. Il appartenait, à la fin du 18ème, à Gaspard Olivier de Pignol, baron de Rocreuse (1751-1828), qui avait épousé en 1785  Éléonore de Berthé de Chailly (décédée en 1837), fille de Charles Joseph, seigneur de Pont Long, de la Turmelière, de Beauvais et de la Couarde, après avoir participé à la guerre d’indépendance américaine. Après la Révolution, il acheta la ferme d’Aubigny et l’abbaye de Cormery avant d’émigrer en 1791 ; revenu en France, il dirigea des actions contre-révolutionnaires, telles que l’attaque en 1796 de la maison de Boisseau, agent municipal de Saint-Bauld. Il fut nommé maire de Tauxigny en 1807 puis élu en 1815. Un de ses gendres : le comte Édouard de Roquefeuil, fut maire de Tauxigny de 1843 à 1847.

Pont-Long (sept. 2017)
Pont-Long (sept. 2017)

La Trevandière ou la Trévaudière : Ce fief appartenait, au début du 16ème siècle, à Guillaume Sauvage, prieur de Tauxigny et futur abbé de Beaugerais (commune de Loché-sur-Indrois) qui y édifia une chapelle dédiée à Notre-Dame de Lorette ; il appartint ensuite à René Sauvage, neveu de Guillaume, également abbé de Beaugerais de 1545 à 1552 puis à la sœur de ce dernier : Marie Sauvage, épouse de Claude de Montfort, seigneur d’Esvres (aujourd’hui Esvres-sur-Indre). Au 17ème siècle, le fief appartenait à Jean François de Vonnes (né en 1670), de la même famille que les de Vonnes, seigneurs de Fontenay-Isoré, (à Saint-Bauld) que ses extravagances firent internés comme fou dans le donjon de Loches de 1700 à 1706. Dans la seconde moitié du 18ème siècle, Louis Andrault vendit la propriété à Pierre de Lawhernes, directeur des Domaines à Tours. Celui-ci envisagea de transformer le vallon en étang mais renonça à son idée en 1772. Après sa mort, en 1793, ses biens furent partagés. Le manoir, du 17ème siècle, a été transformé en ferme ; à côté la chapelle, construite en 1542, était déjà en ruines à la fin du 18ème ; il en reste quelques vestiges dans la grange construite à son emplacement.

La Trévandière (sept. 2017)
La Trévandière (sept. 2017)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis