LA VILLE DE TOURS

Tours : photographie aérienne du centre-ville

Tours qui s’étend tranquillement entre la Loire et le Cher, offre aux promeneurs de nombreux et agréables jardins ainsi que de petites rues ombragées où sont attachés les souvenirs de nombreux écrivains (voir ci-après).

jardin botanique de Tours

La ville de Tours a été fondée vers 10 après J.C. sous le nom de Caesarodunum (la citadelle de César) au carrefour des voies romaines nord/sud et ouest/Lugdunum, en tant que capitale des Turones.

plan de Tours au 14ème s.

Il existait antérieurement un village gaulois dont on a retrouvé quelques traces dans le quartier des Halles. Au 4ème siècle un rempart (dont une porrtion importante est encore visible rue des Ursulines) est édifié pour protéger le centre administratif de la ville = le castrum (actuel quartier de la cathédrale) ; La ville est alors nommée Civitas Turonorum (Cité des Turons, d’où le nom actuel).

ancien rempart du castrum

À la même époque Saint Martin devient le 3ème évêque de Tours et il fonde l’abbaye de Marmoutier, au nord de Tours, de l’autre côté de la Loire. La première collégiale Saint-Martin, l’un des sanctuaires les plus importants de la chrétienté, fut élevée au 5ème s. Reconstruite à plusieurs reprises, cette église s’écroula définitivement en 1797. . Luitgarde, la quatrième épouse de Charlemagne, morte à Tours en 800, fut inhumée sous la tour nord du transept de la collégiale Saint-Martin, appelée ensuite la tour Charlemagne et qui est, avec la tour de l’horloge, le seul vestige de la collégiale primitive.

ancienne collégiale saint-martin

Une nouvelle basilique, construite en partie au même emplacement, fut inaugurée en 1890. La construction de cette nouvelle église donna lieu à une guerre fratricide entre ultra-catholiques qui voulaient un bâtiment aussi grand que l’ancienne collégiale et catholiques modérés qui acceptaient les restrictions imposées par la municipalité  ; ce furent ces derniers qui l’emportèrent, comme le raconte René Boylesve dans Mademoiselle Cloque (1899).

plan de l’ancienne et de la nouvelle collégiale

En 507, Clovis, roi des Francs, s’empare de Tours et tue le roi Wisigoth Alaric II, fils d’Euric. Après la mort de Clovis en 511, sa veuve Clotilde se retire à Tours. Saint Grégoire de Tours (538-594) devient le 19ème évêque de Tours ; son œuvre majeure : Decem libri Historiarum est une histoire ecclésiastique des Francs.

Tour Charlemagne et nouvelle église saint-martin

En 732 , les Sarrasins organisent un raid pour piller l’abbatiale Saint-Martin, alors la plus riche de France ; Charles Martel les bat lors de la « bataille de Poitiers » ; en fait, il y eut plusieurs batailles, dont l’une sans doute  à 12 km au sud de Tours, à Ballan-Miré, au lieu-dit les  Landes de Charlemagne.

église saint-Julien

En 853 : l’abbaye Saint-Julien, construite au 6ème siècle, est détruite par les Normands qui ont remonté la Loire et se sont emparés de Tours. Elle sera réédifiée au 11ème puis au 13ème siècle.

le château de Tours

10ème/13ème siècles : Les chanoines de la collégiale Saint-Martin font construire une enceinte protégeant le castrum Sancti Martini qui prend alors le nom de Château Neuf. En 1044, Geoffroy II Martel (1006-1060), comte d’Anjou et fils de Foulques III Nerra, s’empare de la Touraine après sa victoire contre Thibaut III de Blois, comte de Tours. C’est lui qui fait construire le premier château de Tours, reconstruit en grande partie au 15ème s. Par la suite, son descendant : Geoffroy V Plantagenêt est possesseur du comté de Tours, comme après lui son fils Henri, qui devient roi d’Angleterre sous le nom de Henri II en 1154 mais en 1205  Philippe Auguste, après avoir pris Loches et Chinon, enlève le comté de Tours à Jean sans Terre, frère de Richard Cœur de Lion, fils et successeurs d’Henri II, et le rattache à la couronne.

Prise de Tours par Philippe Auguste (Jean Fouquet)

14ème/15ème siècles :  Philippe le Hardi, fils du roi Jean II le Bon, devient, en 1360, le premier duc de Touraine. En 1407, Jean de France, fils du roi Charles VI le Fol, devient duc de Touraine ; après la mort de Jean de France en 1417, c’est un autre fils de Charles VI qui devient duc de Touraine et qui deviendra roi de France, grâce à Jeanne d’Arc, sous le nom de Charles VII. En 1452, le roi Louis XI, fils de Charles VII, accorde le statut de commune à la ville de Tours : l’assemblée générale des habitants élit 24 échevins et, parmi eux, le premier maire : Jean Briçonnet l’aîné : marchand et familier du roi. Commencée en 1209, la construction du chœur de la cathédrale Saint-Gatien est terminée par Louis XI qui vit le plus souvent au château du Plessiz à La Riche. Jean Fouquet, né à Tours en 1416, devient le peintre attitré de Charles VII et de Louis XI.

Hôtel des ducs de Touraine (14ème)

15ème/16ème siècles : Jacques de Beaune, baron de Semblançay, né à Tours en 1445,  fut maire de Tours en 1498 ; surintendant des finances de François 1er, il fut accusé de malversations puis pendu au gibet de Montfaucon en 1527 ; cette exécution injuste inspira à Marot un poème célèbre et Semblançay fut ensuite réhabilité.

Tours : hôtel de Beaune-Semblançay

16ème siècle : Tours devient, en 1577, le siège d’une généralité qui contrôle seize élections en Touraine, Anjou et Maine. Pierre de Ronsard meurt en 1585 au prieuré de Saint-Cosme à La Riche (à l’ouest de Tours). 1589. Ne se sentant pas en sûreté dans Paris, menacé par la Ligue, Henri III, peu avant d’être assassiné, transporte le siège de son gouvernement à Tours puis, après des pourparlers dans le château de Sainte-Maure, il signe un traité avec Henri de Navarre dans le château de Plessis-lès-Tours.

18ème siècle : Alors qu’il est intendant de la généralité de Tours de 1766 à 1783, François-Pierre du Cluzel réorganise complètement l’urbanisme de la ville selon un axe nord-sud. Le chef chouan Guillaume le Métayer, dit Rochambeau, est fusillé à Tours en 1798.

19ème/20ème siècles : En 1870, fuyant Paris encerclé par les Prussiens, Gambetta installe d’abord le gouvernement à Tours avant de partir pour Bordeaux.

Pont Wilson

En 1918, le pont de pierre, construit  sur la Loire au 18ème siècle, est baptisé du nom de Wilson : président des USA de 1913 à 1921. En avril 1978 un tiers du pont s’effondre.

effondrement du Pont Wilson

La reconstruction à l’identique de la partie effondrée fut terminée en 1982.

cathédrale saint-Gatien

Lors du congrès de Tours en décembre 1920, la Section Française de l’Internationale ouvrière (SFIO) éclate pendant son 18ème congrès et la majorité crée la Section Française de l’Internationale Communiste (futur PCF). En 1940, de nouveau le gouvernement s’installe à Tours pour 4 jours avant d’aller à Bordeaux. Albert Lebrun installe la Présidence de la République au château de Cangé à Saint-Avertin et Paul Reynaud la Présidence du Conseil au château de Chissay-en-Touraine (Loir-et-Cher). L’université François Rabelais est fondée en 1970.

Place Plumereau

 

À Tours sont attachés les souvenirs des écrivains suivants : Abraham de la Bretonnière. Balzac. Béroalde de Verville. Bidchiren. Bonnefoy. Bouilly. Bruneau de Tours. Courteline. Dutens. Engerand. Moreau. Nizan. Rapin.Theuriet. Willart de Grécourt. (voir liste des écrivains …)

Georges Courteline naquit à Tours en 1858 et vécut longtemps chez ses grands-parents, qui habitaient rue de Lariche, aujourd’hui rue Courteline.

Tours : rue Courteline

Son père : Jules Moinaux, également écrivain, était né au 34 rue Eugène Sue.

Tours : rue Eugène Sue

2 ont commenté “Tours 1 : la ville de Tours

  • faiza a écrit le :

    Trés belle ville ! j’aime ses rues ! le coté histoire aussi! j’éspére pouvoir la visiter un jour!

    Répondre
  • BRETAGNE YVETTE a écrit le :

    Bonjour,L’INDRE ET LOIRE et une region magnifique,dont mes ancetres,etaient de TOURS,AMBOISE,SAINT MARTIN LE BEAU,JE SUIS DECENDANTE dIrecte de MACE-ANTOINE DE LA BRETONNIERE sieur de CANGE et de MARGUERITTE AUGER DANS LES ANNEES 1500 A 1680,Je fait des recherches sur mes ancetres DE LA BRETONNIERE,Je recherches des informations de leurs actes civiles,si quel qu’un peu m’aider,je vous en remercie.

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis