Le nom de cette commune, située sur la rive droite de l’Indre, au sud-est de Tours, apparaît pour la première fois, en 791, dans la charte 1 du Cartulaire de l’abbaye de Cormery, sous la forme Villa Troicis, signifiant « domaine de Trogius ».

Truyes sur la Carte de Cassini
Truyes sur la Carte de Cassini

Des silex taillés du paléolithique ont été ramassés au nord du bourg actuel, aux Grands-Bois, à L’Apothicaresse et aux Granges-Rouges.

La Croix de l'Apothicaresse (wikipedia)
La Croix de l’Apothicaresse (wikipedia)

Des pierres polies du néolithique ont été trouvées à Vauzelle (nord-ouest), à Charentais (ouest), à Bordebure (sud-est) et à Gâte-Acier (sud-est). Sur ce dernier site notamment, situé sur un éperon de la rive droite de l’Indre, on a découvert des tranchets, des haches fabriquées localement ou d’importation, des pointes de flèche et des micro-burins.

Situation des sites Les Vignes Saint-Blaise et La Tour carrée Plan J.Ph Chimier
Situation des sites Les Vignes Saint-Blaise et La Tour carrée Plan J.Ph Chimier

Sur un autre éperon, qui au sud-ouest, termine le plateau dominant la vallée de l’Indre, Jean-Philippe Chimier et Fabrice Couvin ont mis à jour trois sites occupés depuis le néolithique jusqu’au moyen-âge (voir BSAT 52, 2006). Aux Vignes-Saint-Blaise, un premier site, occupé par 2 sépultures néolithiques, a fourni des silex taillés ainsi que des fragments de céramique néolithique, gauloise et gallo-romaine ; un second site a montré la présence de silos gaulois. À La Tour-Carrée, il y avait un grand bâtiment rectangulaire sur fondation de pierres sèches, utilisé aux époques gauloise et gallo-romaine.

La Tour carrée Plan J.Ph Chimier
La Tour carrée Plan J.Ph Chimier

Aux Pelouses et aux Grands-Bois, au nord-est de la commune, près de la limite avec Athée-sur-Cher, Fabrice Couvin (voir RACF 5, 2015) a découvert un site occupé à l’âge du bronze (fosse et tessons de céramique), à l’époque gauloise (enclos funéraire, grand bâtiment agricole, nombreux fragments de céramique, anneau de bronze) et à l’époque gallo-romaine (four à chaux et fosses d’extraction).

Les Grands Bois : Four à chaux, Photo Fabrice Couvin (RACF 54, 2015)
Les Grands Bois : Four à chaux, Photo Fabrice Couvin (RACF 54, 2015)

Une grande villa gallo-romaine a été vue d’avion par Daniel Jalmain (voir Gallia, 36.2, 1978) au sud-ouest de la ferme de Chaix (au nord-est), toponyme venant du latin casa = petite maison. Une autre villa se trouvait sans doute à Candy (au sud-est), venant de Candidiacus ou « domaine de Candidus ».

Chaix (août 2011)
Chaix (août 2011)

25 monnaies romaines du 3ème siècle après JC ont été trouvées en 1909 près de la ferme des Chaumes (au nord) et confiées à la SAT.

La source Saint-Martin (août 2011)
La source Saint-Martin (août 2011)

La source Saint-Martin, à côté de l’église, consacrée à ce même saint, est probablement une ancienne source sacrée gauloise ; elle alimente un aqueduc gallo-romain, visible rue des Sources, dont l’eau est utilisée aujourd’hui pour des lavoirs ainsi que pour une cartonnerie, ayant sans doute pris la place d’une villa ou de thermes gallo-romains, et qui se jette ensuite dans l’Indre.

L'aqueduc gallo-romain (août 2011)
L’aqueduc gallo-romain (août 2011)

Deux voies gallo-romaines peuvent encore être vues sur le territoire de la commune.

Venant de Courçay, où elle est reprise par la rue des Plantes, la voie qui longeait la rive droite de L’Indre est continuée par un chemin passant en-dessous de Gâte-Acier (voir ci-dessus), puis par la rue des Noëls, l’Allée de Candy, la rue des Sources, le chemin de la Varenne, la rue du champ chrétien, le Faubourg, où elle croisait la voie suivante, la Tour Carrée et la rue du Charentais, qui arrivait à Champgault, sur la commune d’Esvres-sur-Indre. Une partie de cet itinéraire est aujourd’hui le GR 46, qui est aussi un chemin de Saint-Martin.

 GR 46 (avril 2018)
GR 46 (avril 2018)

Venant de Cormery, où elle franchissait l’Indre, une voie qui reliait la vallée de la Vienne à celle du Cher passait au Faubourg et aux Champs Chrétiens ; elle était ensuite reprise par un chemin, qui peut être vu à La Croix-de-l’Apothicaresse (au nord et à l’est de la D 82), puis qui suit la limite communale avec Athée-sur-Cher, passe aux Granges Rouges et se dirige vers Azay-sur-Cher, via le Prieuré de Saint-Jean-du-Grais.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis