Un amour impossible

 

Christine Angot, née en 1959 à Châteauroux, est devenue célèbre en 1999 avec la publication de L’inceste.

AVT_Christine-Angot_8209

Son dernier livre (Flammarion 2015)  aurait pu avoir pour titre « Des amours impossibles » car il s’agit de toutes sortes d’échec amoureux.

Celui d’une liaison torride entre une femme (Rachel Schwarts) et un homme (Pierre Angot), d’une longue et tourmentée relation entre une mère (Rachel Schwarts) et sa fille (Christine Angot, née Schwarts), d’un rapport incestueux entre un père (Pierre Angot) et sa fille.

On pourrait croire, au vu de ces noms, que ce livre est une « autofiction » ; Frédéric Beigbeder ne se prive pas de l’affirmer, dans le Figaro Magazine », en parlant de « harcèlement textuel » et en reprochant à l’auteure de revenir encore une fois sur le thème de l’inceste. Mais ce jugement n’est guère étonnant de la part du patron de Lui, qui, à mon avis, n’a jamais brillé par sa sagacité !

Plus justement, Fabienne Pascaud écrit dans Télérama : « Si tous les amours humaines sont impossibles, certaines en réchappent. Mystérieusement. Admirablement. »

Il est inutile, je pense, de raconter les intrigues de cet ouvrage. Il faut lire ce roman ! En effet, même si cette qualification n’apparaît pas sur la couverture, Un amour impossible est bien une œuvre de fiction, admirablement écrite.

Avec des phrases, travaillées puis retravaillées par des dizaines de versions successives, Christine Angot nous frappe à l’estomac et nous émeut en analysant finement les revirements successifs d’une fille qui ne comprend pas les erreurs d’une mère maladroitement mais invariablement aimante.

Ce livre a été sélectionné par les jurés du Prix Goncourt et j’estime qu’il serait juste que Christine Angot l’obtienne !

Son dernier livre (Flammarion 2015)  aurait pu avoir pour titre « Des amours impossibles » car il s’agit de toutes sortes d’échec amoureux.

Celui d’une liaison torride entre une femme (Rachel Schwarts) et un homme (Pierre Angot), d’une longue et tourmentée relation entre une mère (Rachel Schwarts) et sa fille (Christine Angot, née Schwarts), d’un rapport incestueux entre un père (Pierre Angot) et sa fille.

On pourrait croire, au vu de ces noms, que ce livre est une « autofiction » ; Frédéric Beigbeder ne se prive pas de l’affirmer, dans le Figaro Magazine », en parlant de « harcèlement textuel » et en reprochant à l’auteure de revenir encore une fois sur le thème de l’inceste. Mais ce jugement n’est guère étonnant de la part du patron de Lui, qui, à mon avis, n’a jamais brillé par sa sagacité !

Plus justement, Fabienne Pascaud écrit dans Télérama : « Si tous les amours humaines sont impossibles, certaines en réchappent. Mystérieusement. Admirablement. »

Il est inutile, je pense, de raconter les intrigues de cet ouvrage. Il faut lire ce roman ! En effet, même si cette qualification n’apparaît pas sur la couverture, Un amour impossible est bien une œuvre de fiction, admirablement écrite.

Avec des phrases, travaillées puis retravaillées par des dizaines de versions successives, Christine Angot nous frappe à l’estomac et nous émeut en analysant finement les revirements successifs d’une fille qui ne comprend pas les erreurs d’une mère maladroitement mais invariablement aimante. Bien sûr, on connaît la fin ! Cela n’a pas d’importance car l’essentiel, comme dans toute oeuvre majeure, n’est pas ce qui est dit mais comment le texte est écrit !

Ce livre a été sélectionné par les jurés du Prix Goncourt et j’estime qu’il serait juste que Christine Angot l’obtienne !

51gMBcdG1FL._SX319_BO1204203200_-206x320

Une personne a commenté “Christine Angot

  • Thierry Teinturier a écrit le :

    Vous êtes convaincant. Surtout que cela fait un moment – un….long moment de plusieurs années – que je pense acheter un livre de cette auteure. (Je pense « longtemps » ! ) J’achéterai ce livre. Mais peut-être l’ouvrirai-je avec un petit pincement au coeur, Un amour impossible… impossible… Cela me dit quelque chose…

    Merci de nous donner, avec ce riche site, l’envie de lire !

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis