Jostein GAARDER, né en 1952 à Oslo, a été professeur de philosophie à Bergen en Norvège et il est surtout célèbre pour avoir écrit : Le monde de Sophie, roman philosophique et initiatique qui a connu un très grand succès.

Jostein Gaarder

Pour moi, français nourri aux mamelles des cultures gréco-romaine et judéo-chrétienne, les romans des auteurs nordiques se présentent souvent comme des icebergs étranges et irréductibles qui troublent mes repères et m’intéressent particulièrement.

C’est le cas de La fille du directeur de cirque (éditions Points-Seuil n° 1390) qui est une sorte de méta-roman (un roman sur le roman) : Petter l’Araignée, après avoir été un enfant prodige à l’imagination débordante, est devenu l’inspirateur clandestin de quasiment tous les romanciers  norvégiens ; son journal intime garde la trace de toutes les trames des œuvres qu’il a vendues mais aussi de ses souvenirs érotiques et des apparitions incitatrices du Mètre : petit homme « vêtu d’un costume anthracite et de souliers vernis noir », qui porte : « un chapeau pointu en feutre vert et déambule avec une canne de bambou ». Parmi toutes ces histoires, celle de La fille du directeur de cirque apparaît comme un leitmotiv doublement funèbre.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis