Maxence Van der Meersch (1907-1951)

Il n’est pas facile de trouver les œuvres de cet écrivain, tombé dans l’oubli. Je me souviens pourtant que, pendant mon enfance valenciennoise, Maxence Van der Meersch avait une grande et sulfureuse réputation et il fallait « attendre d’être grand » pour pouvoir le lire !

J’ai donc pu, maintenant que je suis grand, lire son roman le plus célèbre : Corps et âmes (1943). Je ne peux pas dire que j’aie été enthousiasmé car cet écrivain naturaliste n’a ni le souffle épique de Zola ni l’ironie de Maupassant mais j’ai été intéressé par cette description clinique et cette vigoureuse dénonciation du milieu médical entre les deux guerres.

Certes ce roman fait un peu catalogue des horreurs ! Certes le paternalisme chrétien de l’auteur affleure souvent ! Certes un manichéisme un peu simpliste est partout présent ! Et pourtant j’ai lu jusqu’au bout ce gros roman car certains personnages sont attachants et l’écriture est soignée.

On retrouve dans cette oeuvre, comme dans La fille pauvre, le thème du fils de famille qui se lie avec une pauvre ouvrière (comme cela a été le cas pour Maxence Van der Meersch) ainsi que le thème des différents et difficiles traitements de la tuberculose, qui, on l’oublie peut-être, a causé des ravages ; je me souviens encore du pauvre homme qui habitait au coin de ma rue, tristement assis devant sa porte en été, crachant dans une boîte, et qu’il fallait soigneusement éviter. On a dit d’ailleurs que Maxence Van der Meersch, mort à 43 ans, en janvier 1951, était lui-même atteint de cette maladie.

Né le 4 mai 1907, dans une famille bourgeoise de Roubaix, Maxence Van der Meersch publia son premier roman : La maison dans la dune, en 1932 et obtint le prix Goncourt en 1936 avec L’empreinte de Dieu.

Buste devant la mairie de Wasquehal

Il vécut longtemps à Wasquehal, dans le Nord, et son buste se trouve devant la mairie de cette commune (qui est au centre de la mégalopole Lille-Roubaix-Tourcoing). Signalons aussi, pour ceux que cela intéresse, qu’il existe une Société des amis de Maxence Van der Meersch, dont le siège est à la mairie de Bondues (Tél. 03 20 25 94 94).

Une personne a commenté “Maxence Van der Meersch (1907-1951)

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis