Fou Jean du

Jean du Fou (mort en 1492), seigneur de Rostrenen et Rustéphan (dans le Finistère), capitaine de Cherbourg, sénéchal (gouverneur) de Bretagne, chambellan du roi Louis XI, bailli (gouverneur) de Touraine de 1480 à 1483 puis de 1489 à sa mort, avait épousé Jeanne de la Rochefoucauld, fille d’Aymar IV de la Rochefoucauld après la mort des autres descendants d’Aymar IV, Jeanne de la Rochefoucauld et Jean du Fou devinrent les seigneurs de Montbazon, Sainte-Maure et Nouâtre (voir les seigneurs de Nouâtre).

Jean du Fou termina la restauration du château de Nouâtre et obtint de Louis XI le droit de guet et de garde sur les habitants de Nouâtre « à cause que les dits chastel et place fort de Nouastre sont de présents en bon état et réparation pour le retrait et reffuge des habitans de la chastellenie ». En 1469, il eut l’autorisation d’établir à Nouâtre un marché tous les lundis et quatre foires par an : l’une la veille de la fête de Saint Révérend (donc le 11 septembre), une autre le jour de la fête de Saint Brice (le 13 novembre), la troisième le second jeudi de Carême et la dernière le jour de la fête de Saint Jean-Porte-Latine (le 6 mai). Le roi Louis XI lui rendit visite dans son château de Nouâtre en 1471 et y séjourna sans doute car il y dicta une lettre pour le duc de Milan le 8 juillet 1471.

En 1483, dans un aveu qu’il rend au nouveau roi Charles VIII, il parle de « la ville de Noastre, anciennement close et fermée » qui contenait, outre l’enceinte du château, « l’hostel de Pierre de Faon, entièrement fermé, vallé et circuité de grandes murailles » avec des chapelles et un pigeonnier.

C’est lui aussi qui, avec son épouse, fit construire l’église Saint-Léger (voir Lieux de Nouâtre), dans laquelle se trouvait son blason, des deux côtés du maître-autel et sur la litre seigneuriale. Ce blason était d’azur à la fleur de lys d’or sommée de deux éperviers affrontés d’argent, becquetés et membrés d’or.

Leur fille : Renée du Fou, dame de Nouâtre, épousa d’abord Louis III de Rohan-Guémené (mort en 1498) puis Guillaume de La Marck (mort en 1516).

Blason des du Fou

Le frère aîné de Jean du Fou : Yves ou Yvon du Fou (mort en 1488), qui était seigneur du Fou et baron du Vigan ou du Vigean, comme tous les aînés de cette famille, fut conseiller et chambellan du roi, grand veneur de France en 1471 et 1485 et sénéchal du Poitou ; il fit construire en 1465 le château du Fou à Vouneil-sur-Vienne ;  il fut inhumé à Poitiers dans une chapelle de l’église Notre-Dame la Grande. Il possédait à Amboise une maison forte où fut édifié plus tard le château de Chanteloup. C’était un lettré qui commanda plusieurs manuscrits enluminés. Une des filles d’Yves du Fou : Hilaire du Fou du Vigan (1460-1529) épousa en 1482 François de Bourdeille et fut la grand-mère de Pierre de Bourdeille, plus connu sous le nom de Brantôme (1540-1614).

Enluminure représentant la greffe des arbres fruitiers
Poitiers : N.D. la Grande
Poitiers : N.D. la Grande

Un autre frère de Jean du Fou : Raoul du Fou (mort en 1510) fut évêque de Périgueux de 1468 à 1470, puis évêque d’Angoulême de 1470 à 1479 et enfin, de 1479 à sa mort, évêque d’Évreux où il fit construire le palais épiscopal ; ses armes étaient celles de la famille du Fou mais accolées d’une crosse avec la devise Caritas numquam exidit (la Charité ne m’a jamais fait défaut). Il fut également, à partir de 1470, abbé commendataire de l’abbaye de Noyers.

Raoul du Fou entre Saint Jacques et Saint Maur

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis