Malran de Nouâtre

Malranus (Malran ou Maurand ou Marran), né en 990 et mort vers 1035, fils de Marric de Nouâtre, est le seigneur de Nouâtre nommé dans la charte 1 du cartulaire de l’abbaye de Noyers car c’est lui qui, en 1030, donna à Hubert de Noyant la petite église de la Sainte-Trinité à Noyers pour y fonder une abbaye, ceci avec l’assentiment de Foulques Nerra, de son fils aîné Geoffroy Martel et du roi de France Robert le Pieux (972-1031).

Malran était également, selon la charte 22 du cartulaire de Marmoutier, par sa femme Engele, qui fut enterrée dans l’église abbatiale de Noyers (Noyers 130), le beau-frère de Ganelon de Tours, administrateur de la Touraine pour les comtes de Blois (Noyers 534). La charte 22 du cartulaire de Marmoutier indique : « mes deux neveux, Cleopas et Ganelon, fils de Malran, du château appelé Noiastrum, avec leur sœur, appelée Hersende, épouse d’Adelard Bardon ».

Malran donna à l’abbaye de Cormery le fief de Monchenin, à Saint-Branchs, qu’il avait hérité de son père Marric.

Château et église de Nouâtre (2013)

Un de ses frères, Archambault le long, fut le seigneur de la Motte de Nouâtre (voir ici) ainsi que le père d’Antier de la Motte et le grand-père d’Odile de la Motte, épouse d’Yvon de Tavant.

Selon certaines sources, Malran aurait été aussi seigneur de Marmande et sa fille Hersende de Nouâtre, dame de Marmande aurait épousé Abélard Bardon et aurait été la mère de Zacharie de Marmande.

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis