Rohan

La seigneurie de Nouâtre, avec celles de Sainte-Maure et de Montbazon, passa entre les mains des Rohan suite au mariage de Renée du Fou, fille de Jean du Fou (voir ci-dessus), avec Louis III de Rohan-Guéméné (mort en 1498). Dans cette famille, on peut citer :

Hercule de Rohan (1568-1654), duc de Montbazon, qui contribua à la signature de la paix entre le roi Henri III et Henri de Navarre, le futur Henri IV, dans le carrosse duquel il était lorsque ce dernier fut assassiné par Ravaillac. Il fut aussi lieutenant général de Bretagne et gouverneur de Nantes puis gouverneur de Paris. En 1619, Il accueillit dans son château de Sainte-Maure Marie de Médicis, accompagnée de Richelieu, allant au château de Couzières, qui appartenait également à Hercule de Rohan, pour se réconcilier avec son fils, Louis XIII.

Hercule de Rohan

Le fils d’Hercule, Louis VIII de Rohan (1598-1667) épousa en 1619 sa cousine germaine, Anne de Rohan (1606-1685), qui après une jeunesse tumultueuse se convertit au jansénisme en 1640 ; c’est elle qui fit reconstruire les Halles de Sainte-Maure.

Anne de Rohan

Ses deux fils eurent une destinée tragique puisque Charles de Rohan, né en 1633, devint fou et mourut interné en Belgique en 1699 ; son second fils, Louis de Rohan, dit le Chevalier de Rohan, né en 1635, élevé avec le futur Louis XIV, participa à un complot visant à assassiner le roi pour instaurer une République et fut décapité en 1674.

L’exécution du chevalier de Rohan

Le dernier seigneur de Nouâtre fut Henri Louis Marie de Rohan-Guéméné, dit le Prince de Rohan, né en 1745, célèbre pour ses prodigalités et pour la banqueroute retentissante qu’il fit en 1783 ; il mourut en 1809, à Prague, où il avait émigré.

La devise des Rohan était : « Roi ne puis, Duc ne daigne, Rohan suis. »

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis