Les Maisons Rouges

Ce toponyme, qui apparaît sous la forme la Maison Rouge sur la carte de Cassini, est très fréquent dans toute l’Europe romanisée ; il indique souvent, surtout au singulier, un ancien lieu d’étape, situé près d’une ancienne voie, où une auberge, soit peinte en rouge pour être bien vue, soit recouverte de tuiles, accueillait les voyageurs ; ces lieux étaient parfois situés près d’une carrière d’argile permettant la fabrication de briques et de tuiles ; ces caractéristiques correspondent tout-à-fait à ce lieu-dit de Nouâtre, puisque la voie romaine Poitiers-Tours passait non loin de là et qu’il y avait bien une carrière d’argile, dont le souvenir a été conservé dans l’ancien toponyme, la Varenne d’Embrée, du latin imbrex, signifiant tuile, aujourd’hui les Varennes.

Les Maisons Rouges (sept. 2013)

Près de ce hameau les photographies aériennes, faites par Alain Kermorvant (université de Tours) accompagné de Philippe Delauné, originaire de Ports-sur-Vienne, ou par Jacques Dubois (voir Bulletin de la Société Archéologique de Touraine, notamment le n° 50) ont révélé de nombreux vestiges du néolithique final (- 2 500 ans), notamment près de la Fontaine blanche, source qui a donné son nom à une série d’étangs entre Noyers et Les Maisons Rouges.

La Pierre Fitte (2009)

Non loin de là, un bloc de grès ayant 4,60 mètres de long, 1,60 m. de large et 0,80 m. d’épaisseur a été identifié comme un menhir couché, connu dans la région sous le nom de Pierre Fitte et cité dans la charte 4 (de 1032) du cartulaire de Noyers qui parle d’une terre « qui est entre les deux chemins, vers le Passage (gué sur la Creuse) et proche de la Pierre Levée (Petra Fixa, du latin figere, signifiant enfoncer). » Malheureusement toute cette région a été grandement bouleversée par la construction de l’autoroute A10 et va l’être de nouveau par l’aménagement de la Ligne à Grande Vitesse Tours-Bordeaux.

Le Bec-des-deux-eaux (photo B. Clément)

Près de là aussi se trouve le confluent de la Vienne et de la Creuse, connu au moyen-âge sous le nom de Groin, du nom d’un château-fort construit à cet endroit par Hugues l’ancien (voir Gens de Nouâtre) et appelé aujourd’hui le Bec-des-deux-eaux ; une importante sépulture collective datant du néolithique récent (-3 500 ans) y a été découverte fortuitement en 1946 ; une grande partie du mobilier funéraire, peu ou non utilisé avant d’être déposé, se trouve maintenant au très beau musée préhistorique du Grand-Pressigny.

Nécropole du Bec-des-deux-eaux

C’est là aussi qu’un barrage fut élevé en 1924 pour les besoins des Papeteries de la Haye-Descartes (aujourd’hui Descartes). Ce barrage comprenait un batardeau de 70 m et une petite usine hydro-électrique ; il passa sous le contrôle de l’EDF en 1946. « L’effacement » de ce barrage, décidé en 1994 dans le cadre du plan Loire grandeur nature, fut réalisé en 1998, malgré l’opposition des élus locaux qui y voyaient une perte de ressources importantes, apportées par les impôts locaux et par l’aménagement touristique du plan d’eau constitué par la retenue du barrage ; l’objectif de cette suppression était de permettre le développement des poissons migrateurs (aloses, lamproies, saumons) mais, dans la région, les avis divergent sur l’impact de  cette destruction.

Ancien barrage du Bec-des-deux-eaux

4 ont commenté “4. Lieux de Nouâtre

  • a écrit le :

    Bonjour
    J’habite dans ‘une ancienne ferme appelée improprement La Ferme du temple’….vous serez tres bienvenue chez nous, l’ancien donjon est maintenant un peu plus visible…je serais interesse a savoir s’il y a un nom ancien de notre ferme…j’ai vue quelques part que le nom de la rue vers Noyers s’appelle ‘rue du Temple’
    Cordialement
    Roger Dawes
    0247653238

    Répondre
  • a écrit le :

    Non, je ne connais pas l’ancien nom de cette ferme, dont une partie a été construite sur l’ancien moulin banal de Nouâtre. Je ne connais pas non plus la « rue du Temple » ; il existe par contre la « rue du moulin du Temple » qui rappelle l’ancien moulin des Templiers, aujourd’hui ferme transformée en maison d’habitation située dans le prolongement de l’allée romaine.

    Répondre
  • C. NICOLAS a écrit le :

    Est-il possible de visiter l’église de Noyers ?

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis