EN INDRE-ET-LOIRE : DE PANZOULT À CANDES-SAINT-MARTIN

Tavant et Panzoult

Après L’Île-Bouchard, la Vienne coule entre Tavant (sur la rive gauche), où l’on peut voir les magnifiques fresques de l’église Saint-Nicolas, et Panzoult (sur la rive droite).

la Vienne entre Tavant et Panzoult (juin 2013)
la Vienne entre Tavant et Panzoult (juin 2013)
La Vienne devant le Pont, à Panzoult (avril 2011)
La Vienne devant le Pont, à Panzoult (avril 2011)

Sazilly et Anché

Après Tavant, on trouve, sur la rive gauche, Sazilly et Anché, où se trouve le château des Brétignolles, « l’une des plus belles demeures de Touraine » selon André Montoux, qui peut être visité le week-end, en été..

La Vienne à Sazilly (mars 2011)
La Vienne à Sazilly (mars 2011)
La Vienne à Anché (mars 2013)
La Vienne à Anché (mars 2013)

Cravant-les-coteaux et Rivère

Depuis Sazilly, la rive droite de la Vienne est occupée par la grande commune de Cravant-les-côteaux, qui a pris la place du vieux Cravant ; sur cette commune se trouvait l’ancien bourg de Briançon, avec son port et son grand dolmen ; l’on pouvait aussi y traverser la Vienne au très ancien gué de la Motte, utilisé jusqu’au 12ème siècle, avant la construction du pont,  pour aller de Chinon à Loudun..

La Vienne à Briançon, commune de Cravant (mars 2013)
La Vienne à Briançon, commune de Cravant (mars 2013)

Anciennement Riparia, c’est-à-dire « celle qui se trouve sur la rive », Rivière est une ancienne commune liée à la légende de saint Martin qui aurait, à cet endroit, construit une église après avoir sauvé de la noyade son disciple saint Mexme. Sous le porche de l’église actuelle de belles peintures murales du 11ème siècle évoquent la résurrection de Lazare. C’est à Rivière, sans doute près de l’église actuelle, que la voie gallo-romaine de la rive gauche de la Vienne croisait une autre voie allant de Loudun à Tours, via Pont-de-Ruan, qui traversait la Vienne au gué de la Motte, sur la commune de Cravant-les-coteaux.

Le gué de la Motte, en face de Rivière (mars 2011)
Le gué de la Motte, en face de Rivière (mars 2011)
La Vienne à Rivière (mai 2009)
La Vienne à Rivière (mai 2009)

Chinon

Voir ici.

Pendant longtemps, il ne fut pas possible de traverser la Vienne à Chinon car toute la région se trouvant sur la rive gauche était très marécageuse. C’est Henri II Plantagenêt qui, au 12ème siècle construisit le premier pont, prolongé sur la rive gauche par une voie sur digue (le pont à nonnains) permettant de rejoindre le faubourg Saint-Lazare, où une maladrerie fut installée.

Chinon au 18ème siècle
Chinon au 18ème siècle
La Vienne à Chinon (mai 2009)
La Vienne à Chinon (mai 2009)
La Vienne à Chinon (août 2009)
La Vienne à Chinon (août 2009)

Saint-Germain-sur-Vienne

La paroisse est mentionnée pour la première fois en 1229 sour la forme Ecclesia sanctus Germanus juxta Candatum (Église Saint-Germain près de Candes) mais, selon la tradition, la première église fut fondée en 540 par l’évêque de Tours Injuriosus.

La Vienne à Saint-Germain-sur-Vienne (mai 2009)
La Vienne à Saint-Germain-sur-Vienne (mai 2009)

On voit sur la photo ci-dessus, trois plates, barques traditionnelles de la région, permettant de circuler même quand il y a peu d’eau dans la Vienne.

Candes-Saint-Martin

Le toponyme de Candes vient du gaulois condate, signifiant confluent et dès l’époque gauloise une agglomération importante existait à cet endroit où la Vienne rejoint la Loire et qui se trouvait au carrefour de trois peuples gaulois : les Turons de la Touraine, les Pictons du Poitou et les Andécaves de l’Anjou.

Le confluent de la Vienne (au premier plan) et de la Loire (mai 2014)
Le confluent de la Vienne (au premier plan) et de la Loire (mai 2014)

On sait que pendant des siècles, la batellerie fut importante sur la Vienne et sur la Loire mais encore aujourd’hui Candes est l’un des rares endroits où l’on peut faire des promenades sur la Vienne ou sur la Loire.

Le confluent de la Vienne -à droite) et de la Loire (août 2016)
Vers l’amont : le confluent de la Vienne (à droite) et de la Loire (août 2016)
Le confluent de la Vienne (à gauche) et de la Loire (mars 2011)
Vers l’aval : le confluent de la Vienne (à gauche) et de la Loire (mars 2011)

Selon la tradition, la paroisse aurait été fondée par Saint Martin, qui y serait mort à la fin du 4ème siècle, ce qui assoit la notoriété de cette petite paroisse où s’élève, à partir du 12ème siècle, une collégiale célèbre par la richesse de son décor sculpté, bien que, de manière inexpliquée mais peut-être pour des raisons financières, les travaux semblent brutalement interrompus vers 1250, le décor du porche restant inachevé.

La Vienne à Candes (août 2015)
La Vienne à Candes (août 2015)

Une personne a commenté “Parcours de la Vienne

  • LECHEVALIER Michèle a écrit le :

    Super Pierre-Marie, cela donne envie de faire le même parcours. J’ai pas encore tout regardé mais bravo pour ce cheminement et ces si belles photos.

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis