DANS LA VIENNE : DE CHÂTELLERAULT AUX ORMES

Châtellerault

La commune tire son nom du vicomte Airaud, cité en 936 comme compagnon du comte du Poitou : Guillaume III d’Aquitaine. En 952, le gué existant peu après le confluent de la Vienne et du Clain fut fortifié puis entouré d’une agglomération. Au 11ème siècle, un pont de bois remplaça ce gué et il fut lui-même remplacé par un pont de pierre, au 12ème siècle, lorsque le quartier de Châteauneuf, sur la rive gauche, fut fortifié.

Le pont Henri IV (juillet 2017)
La Vienne au pont Henri IV (juillet 2017)

En 1609, un nouveau pont : le pont Henri IV, prit la place de l’ancien pont, très abîmé par les crues de la Vienne. Il y avait deux tours rondes, qui existent toujours, du côté de Châteauneuf et deux tours carrées, du côté de la ville.

Antran

Ce toponyme vient du latin inter amnis « entre deux eaux » car cette commune est située entre la Vienne et le Gâtineau.

La Vienne à Antran (juillet 2017)
La Vienne à Antran (juillet 2017)

Ingrandes-sur-Vienne

Ce toponyme est d’origine gauloise et s’applique toujours à une agglomération située à la frontière entre deux peuples gaulois ; ici en effet se trouvait la frontière, matérialisée par le Batreau, petit affluent de la Vienne (rive droite), entre les Pictons et les Turons.

La Vienne à Ingrandes (juillet 2009)
La Vienne à Ingrandes (juillet 2009)

Quelques vestiges préhistoriques et gaulois ont été trouvés sur le territoire de cette commune ainsi qu’une nécropole mérovingienne, continuant sans doute une nécropole gauloise ; deux sarcophages mérovingiens sont exposés à côté de l’église.

Vaux-sur-Vienne

Le nom du village pourrait provenir de Plumbata, nom latin dérivé d’un mot celte plumb signifiant « colline. » Le nom s’est progressivement transformé en Valetta, c’est-à-dire « petite vallée ». On peut voir sur la colline qui domine la Vienne, sur la rive gauche, la belle église romane, classée monument historique depuis 1914.

La Vienne à Vaux-sur-Vienne (juillet 2017)
La Vienne à Vaux-sur-Vienne (juillet 2017)

Dangé-Saint-Romain

Cette commune résulte de l’union, en 1971, de Dangé, citée en 1057 sous le nom de Dangiacum  (domaine de Damiacus) dans le cartulaire de Noyers, et de Saint-Romain cité sous le nom de « Ecclesia Sancti Romani in episcopatus Turonensi » en 1164.

La rive droite de la Vienne, à Dangé Saint-Romain (juillet 2009)
La rive droite de la Vienne, à Dangé Saint-Romain (juillet 2009)

La grande voie Poitiers/Tours passait à Dangé, sur la rive droite de la Vienne ; un gué permettait de rejoindre, sur la rive gauche, à Saint-Romain, une voie qui suivait cette rive gauche jusqu’à Candes-Saint-Martin.

L'aval de la Vienne à Dangé Saint-Romain (juillet 2017)
L’aval de la Vienne à Dangé Saint-Romain (juillet 2017)

le pont actuel a été construit en 1858.

L'amont de la Vienne, à Dangé Saint-Romain (juillet 2017)
L’amont de la Vienne, à Dangé Saint-Romain (juillet 2017)

Les Ormes

Le nom de cette paroisse apparaît en 1392 sous la dénomination de Hommes-Saint-Martin ou Ormes-Saint-Martin. La baronnie et le château, qui peut être visité, furent achetés en 1729 par Marc Pierre d’Argenson, ministre de la guerre de Louis XV et surintendant des Postes.

La Vienne aux Ormes (juillet 2009)
La Vienne aux Ormes (juillet 2009)

Une personne a commenté “Parcours de la Vienne

  • LECHEVALIER Michèle a écrit le :

    Super Pierre-Marie, cela donne envie de faire le même parcours. J’ai pas encore tout regardé mais bravo pour ce cheminement et ces si belles photos.

    Répondre

Laissez un commentaire

<a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong> 
requis